A la poursuite du saucisson…

Cavale à bord d’une deudeuche Cochonou

tour de france (13)L’été n’est semble-t-il pas terminé, il flotte encore un petit air d’apéro en terrasse…et une odeur de saucisson !

A ce propos, il est temps de rouvrir un dossier classé. C’est l’heure du flash-back. Et puis je n’avais pas encore pris le temps de remercier comme il se doit les instigateurs de cette journée. En juillet dernier, ma complice de cellule Sandra m’embarquait avec elle dans une course contre la montre. 2 mois plus tard, ce petit refrain résonne encore dans ma tête… « Cochonou, un p’tit bout de chez nous ! »

Cela peut paraitre surprenant, mais je n’ai jamais assisté enfant (et encore moins adulte) au passage du Tour de France en bord de route. Au même titre qu’un match de foot devant un petit écran, une incursion au cœur du Tour et de la Caravane publicitaire et la perspective devient toute autre. Elle prend une tournure beaucoup plus conviviale, familiale et festive. On se prend très vite au jeu et on part à la rencontre des aficionados, des vrais accros au Tour, des fanas du goodie. Des fidèles qui reviennent tous les ans, de ceux qui font la filature à bord d’un camping-car. De ceux qui se camouflent derrière un costume de lapin, qui dégainent le trident ou qui brandissent des bannières bricolées.

Comme pour le saucisson, le Tour de France a un petit goût de reviens-y ! Et voilà comment je me suis retrouvée ce 11 juillet 2014, pas du tout incognito, à bord d’une deudeuche pétaradante et vintage mais non moins confortable !

tour de france (3)Etape 7 : Epernay-Nancy – 234,5 km, l’une des plus longues du Tour.

C’est une atmosphère de fête foraine qui règne sur le parking d’Epernay. On déambule entre les véhicules, bigarrés, brandés, les chauffeurs et les animateurs frais comme des gardons. Départ 9:35, cheveux au vent. Le fond de l’air est frais…Il devient carrément frisquet et humide dans les heures qui suivent. (NDLR : Impression soudaine d’être déesse de l’écran, genre Grace Kelly…quoique très légèrement moins élégante sous la pression). Heureusement, Thibault le cerveau de cette opération, est prévoyant – interdiction de flancher, la goutte au nez point tu n’auras – les parkas et les plaids nous réchauffent et nous requinquent. La capote refermée et le petit gueuleton aussi !

tour de france (4)A bord de la limousine, on se détend mais les consignes sont strictes, pas de dérapage : taux d’alcoolémie zéro pour le chauffeur. Pas de lancer de saucisson à l’arrêt, uniquement en marche. Interdiction de lancer au milieu de la caravane d’une autre marque. Pas d’arrêt au cours des 50 premiers kilomètres, ni des 20 derniers.

L’affaire se corse…La pause technique est une source de préoccupation purement féminine. Elle se fera chez des inconnus, à la sauvette dans un camping-car ! Le ciel se dégage. Solidement harnachée, Sandra passera la tête hors de la deudeuche et s’essayera au lancer de saucisson. 16h, l’arrivée à Nancy se fera cette fois-ci sous une pluie de spectateurs et un tonnerre d’applaudissements. La boucle est (presque) bouclée sous le soleil et les sourires. Un seul petit regret, ne pas avoir aperçu le peloton.

tour de france (10)Pour les néophytes (dont je faisais partie) la caravane du TDF ce sont :

  • 300 véhicules,
  • 15 km de véhicules,
  • 1 heure d’intervalle entre le premier et le dernier véhicule.
  • Vitesse maximum autorisée : 70 km/heure, et une vitesse de croisière de 20-30 km/heure.

La caravane Cochonou ce sont :

  • près 5000 km parcourus par les deudeuches (dont 3500 km d’étapes),
  • 8 tonnes de mini-saucissons et
  • 125.000 bobs distribués chaque année !

La caravane Cochonou, c’est aussi une vingtaine de complices. Des piquousés au saucisson et au Tour qui parcourent les routes à bord des 2 CV rétros depuis 16 ans déjà. Reconnaissable à son carreau vichy rouge, c’est un gang bien soudé qui rempile chaque année et qui a pris l’habitude de faire deudeuche commune 3 semaines durant.

Chapeau bas aux filles, dont le geste – que ce soit sous un soleil de plomb, les bourrasques ou la bruine – reste vif et précis. Et le sourire toujours affiché. La grande frileuse que je suis aurait sans doute rendu sa chemise vichy dès la première étape !

Bon, vers 17:30 c’est la désillusion, moi qui pensais être en cavale, on m’a flanquée dans un train direction Strasbourg. Retour au bagne, mais je suis prête à signer pour une nouvelle liberté sous surveillance en 2015 !

Big up et grand merci à Thibault, à l’équipe Cochonou et à Sandra pour m’avoir entraînée dans cette aventure le temps d’une journée.

Toute l’actu de la Caravane Cochonou :  http://www.cochonouetvous.com/
http://www.cochonou.fr/

tour de france (2)tour de france (11)tour de france (1)

4 réflexions au sujet de « A la poursuite du saucisson… »

  1. Quelle jolie plume et quel joli ton ! Grace à toi j’ai revécu mon étape dans la deudeuche limousine Cochonou 2 mois après ! Une journée mémorable et une équipe au top ! Un bagne comme celui-là, je resigne chaque été !!

  2. Merci Céline pour ce magnifique compte rendu ! Quel plaisir de revivre cette très jolie journée avec toi et Sandra à bord de notre petite deudeuche rouge et blanche ! A très vite j’espère, avec un temps un peu plus estival !! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *