Moelleux au chocolat et au vin chaud

moelleux chocolat vin chaud

J’ai réalisé ce moelleux dans le cadre d’un marché de Noël. Ce week-end, avec ma complice Miss Crumble, nous avons tenu un stand et vendu nos petites spécialités de Noël lors des Fermes de Noël à Quatzenheim. Carton plein pour ce moelleux au chocolat et vin chaud.Je me suis vite retrouvée en rupture de stock. J’ai presque regretté de ne pas en avoir préparé suffisamment. Un vrai concentré de Noël et d’Alsace. Bien moelleux comme son nom l’indique, avec une fine couche craquante de glaçage rosé. Que vous dire de plus, si ce n’est de l’essayer, pour changer un peu des traditionnels bredele alsaciens.

Moelleux au chocolat et au vin chaud, la recette…

Munitions pour le moelleux (moule carré de 20 x 20 cm) :

  • 125g de beurre pommade
  • 125g de sucre
  • 2 œufs
  • 125g de farine
  • 1/2 sachet de levure chimique
  • 70 ml env. de vin rouge (dont 63 ml pour la pâte)
  • 50g de chocolat noir

Pour le vin chaud :

  • Mélange d’épices à vin chaud (bâton de cannelle, badiane, clou de girofle, poivre)
  • 1 orange (quelques zestes et une rondelle)

Pour le glaçage : sucre glace

Préparez le vin chaud : placez le vin dans une petite casserole avec les épices, les zestes et une rondelle d’orange. Faites chauffer à feu moyen, puis retirez du feu et laissez infuser pendant la préparation du moelleux, puis filtrez-le. Réservez 7 ml env. pour le glaçage. Faites fondre le chocolat noir au bain-marie à feu doux.

Dans un récipient ou la cuve de votre batteur, battez le beurre en crème. Ajoutez progressivement le sucre et travaillez jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Ajoutez les œufs un par un. Incorporez ensuite la farine et la levure en alternant avec le vin chaud (63 ml). Terminez en ajoutant le chocolat fondu.Travaillez jusqu’à ce que le mélange soit homogène.

Versez la pâte dans un moule carré préalablement tapissé de papier cuisson. Placez au four préchauffé à 180°C et faites cuire env. 25 min. Surveillez la cuisson en plantant la lame d’un couteau (elle doit sortir propre). Le gâteau ne doit pas sur-cuire et rester moelleux. Sortez le moelleux du four. Laissez tiédir puis démoulez et posez-le sur une grille.

Pendant ce temps, préparez le glaçage : mettez du sucre glace dans un bol puis ajoutez progressivement un peu de vin chaud, mélangez jusqu’à obtention de la consistance souhaitée (ni trop liquide, ni trop dense).

Une fois refroidi, nappez le moelleux au chocolat de glaçage au vin à l’aide d’un pinceau et laissez prendre. Découpez ensuite des parts individuelles (carrés ou triangles).

moelleux chocolat vin chaud

Les Fermes de Noël à Quatzenheim

fermes de Noël Quatzenheim

Les Fermes de Noël se tiennent mi-décembre (depuis 12 ans déjà) à Quatzenheim dans le Kochersberg, un petit village situé à une vingtaine de kilomètres de Strasbourg. La manifestation n’a lieu qu’un seul samedi, de 16h à 22h, elle attire donc beaucoup de monde. Plusieurs cours de fermes, 4 pour être exacte, ouvrent leurs portes au public et sont décorées – c’est un peu tout le village se met sur son 31 – pour l’occasion. Une foule d’artisans viennent y exposer leurs créations. Le tout généreusement arrosé de vin chaud que vous pourrez siroter près d’un brasero pour vous réchauffer (si les effets du vin chaud tardaient à se faire sentir), et accompagné de crêpes, bredele et autres gourmandises locales. Pour sortir un peu des sentiers battus et quitter la folie strasbourgeoise, c’est un marché de Noël à découvrir. Se garer dans le coin relève du défi, mais surtout ne pas se décourager. Authentique et chaleureux, vous ne regretterez pas le déplacement. Plus d’informations chez ma complice Laurène.

Share

Bâtonnets au chocolat et au praliné (Nougatstangen)

bâtonnets chocolat praliné

Mes petites nouveautés 2019 et gros coup de cœur. Bon, on ne peut pas dire que je me sois beaucoup foulée côté mise en scène et pour l’ambiance festive on repassera. Aucune loupiotes ou boules de Noël à l’horizon. Mais le visuel en disait suffisamment long et je tenais vraiment à publier cette recette. Une recette pour les addicts aux noisettes comme moi. Un peu comme les bâtonnets aux amandes et au chocolat, ils sont certes un peu longs à réaliser, entre sablés, garniture et glaçage. Les meilleurs demandent parfois un peu d’huile de coude. Un bon bredele ça se mérite, et ceux-là valent largement leur pesant de noisettes. (Recette dénichée du coté des sites allemands.)

Bâtonnets au chocolat et au praliné, la recette…

Munitions pour env. 50 bâtonnets assemblés (100 bâtonnets) :

  • 225g de beurre
  • 100g de sucre glace
  • 1 pincée de cannelle
  • 3 jaunes d’œufs
  • 200g de farine
  • 25-30g de cacao
  • 1 c.café de levure chimique
  • 125g de noisettes en poudre
  • Pour fourrer : 200g de chocolat pralinoise
  • Pour le glaçage : env. 150g de chocolat noir et une noix de beurre

Préparation : Dans un récipient, battez le beurre jusqu’à ce qu’il soit crémeux. Ajoutez ensuite le sucre glace. Travaillez jusqu’à ce la masse soit homogène.Ajoutez ensuite les jaunes d’œufs, l’un après l’autre.

Mélangez le cacao, la cannelle, la levure avec la farine. Ajoutez les noisettes. Incorporez à la préparation en plusieurs fois et travaillez jusqu’à ce que la masse soit homogène.

Préchauffez le four à 180°C. Transférez la pâte dans une poche munie d’une douille cannelée (ou ronde). Sur une plaque recouverte d’une feuille de papier cuisson, dressez des languettes d’env. 4 cm.

Placez au four et faites cuire chaque fournée env. 13-14 min. Laissez refroidir sur une grille.

Assemblage : faites fondre le chocolat pralinoise au bain-marie à feu doux. Versez-le dans une poche munie d’une douille ronde fine (ou dans une petite coupelle, si vous préférez). Puis laissez-le redurcir un peu (au frigo par ex), suffisamment pour être étalé mais sans être liquide (texture crémeuse). Garnissez la moitié des bâtonnets. Assemblez ensuite avec les autres.

Glaçage : Faites fondre le chocolat noir au bain-marie à feu doux.Trempez les extrémités des bâtonnets dans le chocolat fondu.Posez sur une grille et laissez prendre.

Share

Sablés au beurre et aux amandes (butterbredele)

sables au beurre et aux amandes

Attention, il y a butterbredele et butterbredele, le vrai, l’unique, celui bien riche en œufs et en beurre. Cette recette est une variante un peu moins beurrée du traditionnel bredele alsacien mais tout aussi gourmande. Délicatement vanillés, un peu plus apprêtés, les sablés sont recouverts d’une couche d’amandes effilées et d’un voile de sucre glace. Elle est extraite du livre Les Bredle des Boulangers d’Alsace.

sables au beurre et aux amandes

Munitions pour la pâte :

  • 250g de farine de blé
  • 1/2 c. à café de levure chimique
  • 125g de sucre glace
  • un peu de vanille en poudre (ou 1 sachet de sucre vanillé bourbon)
  • 150g de beurre
  • 1/2 œuf

Pour la dorure :

  • 1/2 œuf
  • 3 c. à soupe de lait
  • amandes effilées

Placez tous les ingrédients dans un récipient (à l’exception du 1/2 œuf). Sablez les ingrédients (= écrasez-les avec les paumes des mains) afin de bien intégrer le beurre, puis ajoutez le 1/2 œuf pour former la pâte. Filmez-la, puis placez-la au frais env. 1 à 2 heures.

Sortez la pâte du réfrigérateur. Préchauffez le four sur 180 °C.

Sur un plan de travail préalablement fariné (ou sur une feuille de cuisson), étalez la pâte sue une épaisseur d’env. 3-4 mm. Détaillez ensuite des formes à l’aide d’emporte-pièces de votre choix. Mélangez la moitié de l’œuf avec le lait puis badigeonnez les formes au pinceau. Hachez grossièrement les amandes. Parsemez les formes d’amandes effilées.

Placez au four et faites cuire env. 12 min.Laissez refroidir sur une grille. Saupoudrez de sucre glace selon l’envie.

sables au beurre et aux amandes

Vous avez aimé la recette ? Vous l’avez testée ? Mentionnez @lacreaminelle ou #heureducream sur Instagram !

Share

Tranches de Linz (Linzer Streifen)

tranches de linz linzerstreifen

Encore une spécialité germanique. Autrichienne plus exactement (ménageons les puristes planqués derrière leurs écrans, toujours près à dégainer). Linzer Streifen ? Vous ne maitrisez pas la langue de Goethe ? Les tranches de Linz ne sont ni plus ni moins qu’une déclinaison de la célèbre Linzertorte (Tarte de Linz) mais au format tranchettes. Vous connaissiez sans doute déjà la version miniature de cette tarte, vous connaitrez désormais la version tranches (ou bandes). J’avais trouvé cette recette via Instagram. Elle tournait sur plusieurs blogs allemands et autrichiens et sur lesquels on trouve pléthore de recettes de biscuits et petits gâteaux. Les proportions étaient toutes quasi identiques.

Tranches de Linz (Linzerstreifen) la recette…

Munitions pour la pâte:

  • 2 œufs
  • 250g de farine de blé
  • 200g d’amandes en poudre (ou un mélange noisettes/amandes)
  • 150g de sucre
  • 250g de beurre
  • 1 c. à café rase de levure chimique
  • 1 c. à café de cannelle
  • quelques zestes de citron
  • 1 petite c. à café de cacao en poudre
  • 1 pincée de sel
  • Pour garnir : confiture de framboises

Dans un récipient, placez tous les ingrédients secs (farine, sucre, amandes/noisettes, levure, cannelle, cacao, sel, zestes). Coupez le beurre en morceaux puis ajoutez-le. Sablez les ingrédients (écrasez-les avec les paumes des mains) afin de bien intégrer le beurre. Ajoutez ensuite 1 œuf entier et 1 jaune (gardez le blanc pour badigeonner) et mélangez jusqu’à obtention d’une pâte homogène. Séparez la pâte en 2/3 et 1/3. Filmez et placez au frais env. 1 heure.

La pâte est très friable et collante, je vous conseille donc, pour limiter les dégâts, de l’étaler entre 2 feuilles de papier cuisson, plutôt que de fariner excessivement. Ajoutez un peu de farine de temps à autre pour pouvoir décoller la pâte du papier.

Préchauffez le four à 180°C.

Étalez les 2/3 en un grand rectangle d’env. 3 mm d’épaisseur. Avec le tiers restant, découpez des bandelettes d’env. 1 cm de large. Replacez au frais (ou au congélateur) un petit moment. Sur le rectangle, étalez la confiture de framboises. Disposez ensuite les bandelettes en diagonale sur la confiture (espacez-les d’env. 1-1,5cm). Badigeonnez les bandelettes de blanc d’oeuf.

Placez au four et faites cuire env. 25-30 min. Sortez la plaque du four, laissez-la refroidir puis découpez des tranches de la largeur souhaitée (5 x 2,5 cm env). Saupoudrez de sucre glace.

Variante : Faites cuire le fond (piquez-le à la fourchette) env. 15 min. Sortez-le du four ensuite badigeonnez-le de blanc d’oeuf. Répartissez et étalez la confiture et enfin posez les bandelettes. Badigeonnez de blanc d’oeuf. Poursuivez la cuisson env. 15 min.

tranches de linz linzerstreifen

Vous avez aimé la recette ? Vous l’avez testée ? Mentionnez @lacreaminelle ou #heureducream sur Instagram !

Share

Palets aux noix et café

palets aux noix et café

Chaque année le même rituel. Inlassablement. Passer de longs moments à repérer et épingler sur Pinterest. Ressortir tous ses grimoires (et y en a un paquet). Choisir, sélectionner : les classiques, les chouchous, les petits nouveaux…Établir une première liste de bredele longue comme le bras. Restreindre la liste (frustraaaation).
J’avais trouvé ces petits palets aux noix et café chez Christelle, une véritable orfèvre de la pâtisserie. Je me souviens qu’ils m’avaient donné du fil à retordre car la pâte étaient très friable. Mais le bredele en valait la chandelle, ultra sablé et croustillant.

Munitions :

  • 110g de beurre mou
  • 160g de sucre
  • 160g de noix en poudre (vous pouvez les torréfier avant pour un goût plus marqué)
  • 150g de farine
  • 2 c. à café de café moulu
  • 2 c. à café de café soluble
  • 1 1/2 c. à café de fleur de sel
  • 1 c. à soupe d’eau

Pour la finition : mélange sucre + café moulu + un peu d’eau (à la louche)

Préparez la pâte : dans un récipient (ou la cuve de votre robot), placez tous les ingrédients. Mélangez jusqu’à obtenir une pâte homogène. Façonnez des boudins d’env. 2 cm de diamètre. Filmez-les et laissez-les reposer au frais pendant 1 à 2 heures. Sortez les boudins du réfrigérateur.

Finition : à l’aide d’un pinceau, humidifiez chaque boudin, puis roulez-les dans le mélange sucre et café moulu. Replacez au frais env. 30 minutes.

Préchauffez le four sur 160 °C (FCT).

Sortez les boudins de pâte et coupez des tranches d’env. 1 cm d’épaisseur.
Déposez les petits palets sur une plaque recouverte de papier cuisson. Placez au four et faites cuire chaque fournée env. 13-15 min. selon le four (en les tournant à mi-cuisson). Les sablés doivent avoir une belle coloration dorée et vont se creuser un peu au centre.

Sortez les palets du four et laissez-les refroidir complètement (ils sont très fragiles en sortant du four) avant de les déposer dans une boîte métallique.

Vous avez aimé la recette ? Vous l’avez testée ? Mentionnez @lacreaminelle ou #heureducream sur Instagram !

Share

Croquettes aux noisettes (Nussecken)

croquettes aux noisettes nussecken

L’an dernier, pleine de bonne volonté, j’ai réussi à publier une recette. Motivée, je pensais continuer sur ma lancée avec une seconde. C’était sans compter sur la nouvelle mouture de wordpress qui m’a ralentie pile au bon moment. Un lointain souvenir. Cette année, j’ai décidé de prendre le bredele par les cornes et de m’y prendre (à peu près) à temps. En commençant par publier toutes les recettes que j’avais réalisées l’an dernier et que je n’avais pas mises en ligne (Lu sur IG : « c’est dommage, vous mettez pas les recettes sur votre blog » – Bah si Madame.)

On démarre par les croquettes aux noisettes, plus connues outre-Rhin sous le nom de Nussecken, une spécialité assez répandue. Si elles font partie des innombrables recettes de Weihnachtspläztchen (les petits gâteaux de l’Avent ou l’équivalent de nos bredele), la dégustation s’étend elle, bien au-delà des fêtes de fin d’année (et en version XXL qui plus est). Et tout comme en Alsace, en Allemagne on ne badine pas avec les Weihnachtspläztchen. C’est une affaire très sérieuse.

Bon, croquettes n’est pas franchement le terme le plus flatteur. « Coins » serait plus fidèle à la traduction, mais c’est bien moche aussi. Triangles donc, un peu moins vilain. Et sinon c’est quoi le pitch dans ta potch (vieille blague de quadra, pardon) ? Une pâte sablée, surmontée d’une généreuse couche de noisettes mélangées à du beurre et du sucre. Entre les deux, une fine couche de confiture. Cette étape est facultative et ne compromet en rien la recette, les croquettes seront tout aussi bonnes sans confiture. Mais bon, foutus pour foutus, on est plus à une couche près. On détaille ensuite la pâte en triangles et on glace les extrémités (ou les arêtes) de chocolat.

Difficile d’établir un classement tant la liste est longue et le choix varié, mais je crois que les croquettes aux noisettes figurent sur mon podium. Avec les bâtonnets aux amandes et chocolat et les spritzbredele. Je suis dingo de noisettes, de praliné, et de bredele à la confiture. La recette est extraite – une fois n’est pas coutume – de la bible « Les petits gâteaux d’Alsace » de notre creaminelle en chef Suzanne Roth (faut-il encore la présenter ?).

croquettes aux noisettes nussecken

CROQUETTES AUX NOISETTES, LA RECETTE.

Munitions pour la pâte sablée :

  • 300g de farine
  • 150g de sucre en poudre
  • 1 sachet de sucre vanillé
  • 100g de beurre
  • 1 pincée de sel
  • 2 œufs
  • 1 c à c de levure chimique

Munitions pour la garniture aux noisettes :

  • 150g de beurre
  • 150g de sucre
  • 1 sachet de sucre vanillé
  • 4 c à s d’eau
  • 150g de noisettes en poudre
  • 150g de noisettes hachées

Et aussi : env. 4 c. à soupe de confiture d’abricots (ou de framboises)

Pour le glaçage : chocolat noir

Préparez la pâte : placez la farine dans un récipient (ou la cuve de votre batteur). Ajoutez le sucre, le sucré vanillé, le sel, la levure. Coupez le beurre en petits morceaux, ajoutez-le aux ingrédients. Puis sablez (= écraser le beurre avec la paume de vos mains) pour bien intégrer le beurre jusqu’à obtention d’une masse sableuse. Ajoutez l’œuf et mélangez jusqu’à obtention d’une pâte homogène. Si la pâte est peu collante, placez-la au frais env. 1 heure.

Abaissez (= étalez) la pâte en un rectangle sur une épaisseur d’env. 3 mm. (ou bien étalez directement votre pâte sur la feuille de papier cuisson, puis posez le tout sur la plaque). Posez-le sur une plaque recouverte de papier cuisson. Badigeonnez la pâte d’une fine couche de confiture (facultatif).

Préparez la garniture : faites fondre le beurre avec le sucre vanillé et l’eau et portez à ébullition. Ajoutez ensuite les noisettes moulues et hachées. Retirez du feu et laissez tiédir. Pendant ce temps préchauffer le four à 150°C. Étalez et répartissez cette masse sur la pâte. Placez au four et faites cuire pendant env. 25 à 30 min.

croquettes aux noisettes nussecken

Après la cuisson, découpez en carrés d’env. 6 x 6 cm, puis recoupez ces derniers en triangles (pour des croquettes aux noisettes bien proportionnées et nettes, je les découpe à l’aide d’emporte-pièce carré).

Glaçage : faites fondre le chocolat noir (avec une c à c d’huile) au bain-marie à feu doux. Trempez les extrémités des triangles dans le chocolat fondu. Disposez sur une grille et laissez prendre.

Vous avez aimé la recette ? Vous l’avez testée ? Mentionnez @lacreaminelle ou #heureducream sur Instagram !

Share

Spaetzle au basilic, tomates rôties

spaetzle basilic tomates rôties

Jusqu’ici, j’avais toujours réalisé la pâte nature, j’ai eu envie de l’aromatiser et d’apporter à cette recette traditionnelle et réconfortante, généralement complice des volailles ou des plats en sauce, une touche de couleur. Du coup, je me surprends à imaginer quelques variantes. Je pense déjà à une version à la tomate, à la courge pour cet automne ou encore à la farine de châtaigne. Les spaetzle alsaciens se mettent donc aujourd’hui à l’heure d’été, façon margherita : une pâte parfumée au basilic, des tomates rôties bien juteuses, le tout accompagné de mozzarella fondante !

Munitions pour 2 personnes :

  • 160g de farine de blé
  • 40g de semoule de blé fine
  • 2 œufs
  • 100 ml d’eau
  • Une bonne pincée de sel
  • 15-20g de feuilles de basilic

Pour l’accompagnement :

  • tomates cerises ou en grappe (comptez 5-6 tomates/pers)
  • sel, poivre
  • huile d’olive
  • 1 gousse d’ail
  • quelques herbes (thym, romarin…)
  • 1 boule de mozzarella

Réalisation des spaetzle :

Dans un récipient, versez la farine et la semoule. Creusez une fontaine et disposez les œufs battus et le sel. Mélangez les ingrédients jusqu’à obtention d’une pâte homogène. Ajoutez l’eau progressivement pour délayer, puis à l’aide d’une cuillère en bois, battez vigoureusement. La pâte doit être lisse et un peu élastique mais coulante. Après avoir arrêté de battre, la pâte doit former de petites bulles qui remontent à la surface.

Ciselez le basilic. Mixez-le avec 1 ou 2 c. à soupe de pâte pour la colorer et bien incorporer le basilic . Ajoutez ensuite au reste de la pâte. Placez la pâte au frais une heure (voire toute une nuit).

Portez à ébullition une casserole d’eau salée. Posez la râpe à spaetzle sur la casserole, versez une bonne louche de pâte et puis faites des mouvements de va et vient pour que les spaetzle tombent dans l’eau. Les spaetzle sont cuites lorsqu’elles remontent à la surface.

Égouttez-les, ajoutez un filet d’huile d’olive pour éviter qu’elles ne collent.

Préparez les tomates rôties :

Préchauffez le four à 200°C. Disposez les tomates sur la plaque recouverte de papier cuisson. Ajoutez la gousse d’ail coupée en deux. Salez, poivrez, parsemez de quelques herbes et arrosez d’huile d’olive. Placez au four et faites cuire env. 20 min. jusqu’à ce que la peau des tomates éclate.

Faites dorer les spaetzle dans une poêle avec un peu d’huile et de beurre. Servez les spaetzle accompagnées des  tomates rôties, ajoutez la mozzarella coupée en petits morceaux.

NDLR : Pour cette recette de spaetzle au basilic et tomates rôties, j’ai repris la recette de base des spaetzle, j’ai réduit la quantité pour deux personnes, la recette initiale étant très généreuse (4-5 pers.). Si toutefois vous souhaitez conserver ces proportions, ajoutez env. 50g de feuilles de basilic. 

Share

Sablés spitzbuben au cacao et à la gelée de vin chaud

spitzbuben cacao gelee vin chaud

A marquer d’une pierre blanche, le retour de la Creaminelle, le temps de quelques recettes de Noël…Ou plus, sait-on jamais, si l’envie venait à me démanger…Mes dernières photos de bredele ont eu l’air de bien plaire sur Instagram, et j’ai senti poindre la déception chez certains de ne pas pouvoir les réaliser. Vous n’avez donc plus aucune excuse ! Je vous dévoile la recette des sablés spitzbuben au cacao et à la gelée de vin chaud.

Du concentré de Noël dans ces bredele ! Vous pouvez bien évidemment garnir les sablés d’une autre confiture si vous ne trouvez pas de gelée de vin chaud (la framboise fera bien l’affaire également). Mais prenez plutôt une bonne confiture de Noël. Pour les autochtones, je me fournis toujours sur le stand Chez Mathilde, situé place Broglie durant la période du marché de Noël ou bien chez les Confitures de Nicole à Châtenois (dispos en grandes surfaces)

Munitions :

  • 210g de farine de blé
  • 20g de cacao en poudre
  • 30g d’amandes en poudre
  • 30g de noisettes en poudre
  • 150g de beurre mou
  • 90g de sucre glace
  • 1 œuf
  • 1 pincée de sel
  • 1/3 de fève tonka râpée

Pour garnir :

  • 1 pot de gelée de vin chaud (ou de confiture de Noël par ex.)

Préparation : Dans un récipient (ou la cuve de votre batteur) battez le beurre coupé en morceaux avec le sucre glace. Ajoutez l’œuf et travaillez jusqu’à obtention d’une masse homogène.

Mélangez la farine, le cacao, la fève tonka râpée, le sel, les noisettes et les amandes puis ajoutez à la préparation jusqu’à obtenir une pâte lisse et homogène. Enveloppez dans du film et placez env. 2 heures.

Préchauffez le four à 170°C.

Étalez la pâte sur un plan de travail légèrement fariné (ou une feuille de papier cuisson).
Découpez des formes à l’emporte-pièce (pensez à découper autant de sablés pleins que de sablés creux). Récupérez les chutes et découpez la pâte jusqu’à épuisement.
Faites cuire chaque fournée env. 12-13 min. Laissez refroidir.

Assemblez les sablés pleins et creux avec la gelée (réchauffez-la légèrement pour mieux l’étaler).

Source : http://www.paules.lu

Share

Carrés crumble aux myrtilles et citron vert

Carrés crumble aux myrtilles et citron vert

Recette adaptée de Linda Lomelino, Journal d’une Food Styliste

Devant la pression générale, il a fallut reprendre du service. Je pourrais m’étaler longuement sur les raisons de cette absence et y consacrer un billet entier mais je ne sais pas cela en vaut vraiment en la peine. En attendant de retrouver une certaine assiduité (et la petite flamme), voici la recette des carrés crumble aux myrtilles, extraite du livre de Linda Lomelino. Bon, en gros, je pourrais te coller du citron vert un peu partout en ce moment et je trouve que l’association petites baies noires / citron vert fait des merveilles. Ajoute du crumble sur un truc, et c’est banco ! Un peu réfractaire au début (moi et les modes…), j’avoue, le crumb cake m’a conquise. J’ai mélangé framboises et myrtilles dans ma seconde fournée, mais sans le citron vert cette fois.

Have a break, have a crumb cake.

Munitions pour un moule de 18-20 cm (9 parts env.)

Pour la pâte à crumble :

  • 210g de farine
  • 115g de sucre
  • 1/2 c. à café de levure chimique
  • 125g de beurre doux froid coupé en petits cubes
  • 1 pincée de sel
  • 1 jaune d’œuf
  • quelques gouttes d’extrait de vanille ou un peu de vanille en poudre

Pour la garniture :

  • 250g env. de myrtilles fraîches ou surgelées (ou les fruits rouges de votre choix)
  • 40g de sucre roux
  • 2 c. à café de fécule de maïs
  • 1 c. café de zestes râpés de citron vert
  • 1 c. à soupe de jus de citron vert
  • 1 c. à soupe de sucre roux pour saupoudrer

Préchauffez le four à 200°C. Zestez finement le citron vert, pressez le jus. Tapissez un moule carré de papier cuisson (ou beurrez et farinez-le).

Préparez la pâte : placez la farine, la levure, le sel, le sucre et le beurre dans un récipient. Sablez, c’est à dire travaillez les ingrédients entre les paumes de vos mains jusqu’à ce que le beurre soit complétement intégré et jusqu’à obtention d’une consistance sableuse. Ajoutez l’œuf et la vanille. Mélangez jusqu’à obtention d’une pâte homogène (pas besoin de passage au frais, la pâte est prête à être utilisée). 

Mélangez les myrtilles, le sucre, la fécule, les zestes et le jus de citron.

Déposez les 2/3 de la pâte dans le moule, étalez uniformément en pressant avec les doigts pour consolider le fond. Répartissez les fruits sur la pâte. Émiettez et parsemez la pâte restante sur les fruits. Saupoudrez de sucre roux, puis placez au four et faites cuire env. 35-40 min.

Laissez refroidir puis découpez des carrés. Zestez un peu de citron vert par-dessus pour la déco.

Carrés crumble aux myrtilles et citron vert
Share

Bugnes Lyonnaises

bugnes lyonnaises

Recette de bugnes lyonnaises

Cette année j’ai voulu changer un peu des beignets locaux au fromage blanc ou des traditionnels schenkele et essayer des bugnes lyonnaises. Je n’ai pas cherché bien loin pour une fois, en piochant chez Chef Simon. Bonne pioche à vrai dire. Il me semble qu’il existe des bugnes briochées, qui ressemble plus à des beignets classiques. Mais celle-ci ne contient pas de levure. C’est assez facile à faire, pas trop long, c’est bon, croustillant, ça se picore très très vite, ils sont partis en un rien de temps. Je prévois de relancer une petite fournée d’ici mardi.

Parallèlement, je me suis quand même lancée dans la préparation de beignets de carnaval, préparation qui a bien faillit me décourager. La pâte à mis des plombes à pousser. Même si j’adore la boulange, je déteste préparer les pâtes levées, ça me gonfle,  mais au sens figuré uniquement (la brioche et le kouglof font toutefois exception à la règle), je ne sais jamais quelle texture la pâte doit avoir, combien de temps pétrir, bref, les pâtes levées c’est un peu ma bête noire (je ne vous parle même pas de préparations au levain). Je pars souvent défaitiste en me disant que je n’obtiendrai pas la texture souhaitée (la mie filante reste encore un mystère pour moi), et même si au final je m’en tire souvent bien, il y a eu aussi, quelques jolis ratages. Mais l’attente valait la chandelle pour ces beignets, encore une recette Felder testée et approuvée,  je dois avouer que jusqu’ici, elles ne m’ont jamais trahie.

Munitions pour une bonne vingtaine de bugnes : 

  • 300 g de farine
  • 70 g de sucre
  • 80 g de beurre fondu (mais pas chaud)
  • 3 gros œufs
  • 5 g de sel
  • 2 c. soupe d’eau de fleur d’oranger (selon les goûts) ou autre arôme (gousse de vanille, zestes de citron, de bergamote ou d’orange, etc.)
bugnes lyonnaises

Dans un récipient, placez la farine avec le sel et le sucre. Ajoutez les œufs et mélangez.
Ajoutez le beurre fondu, la fleur d’oranger et mélangez bien jusqu’à obtenir une pâte homogène. Filmez-la et placez-la au frais une heure.

Sur un plan de travail légèrement fariné, abaissez la pâte. Découpez des losanges ou des rectangles à l’aide d’une roulette cannelée.

bugnes lyonnaises

Pratiquez une incision au centre de chaque losange, puis passez une extrémité au travers et retournez (comme sur la photo). Vous pouvez bien sûr passer cette étape « esthétique » et réaliser des rectangles/losanges simples.

Préparez le bain de friture à 170/180°C. Plongez les bugnes dans l’huile et laissez-les frire quelques minutes, en les retournant de temps à autre pour avoir une couleur uniforme, jusqu’à ce qu’elles soient dorées (ne les laissez pas brunir, au risque d’avoir des bugnes très dures).

Égouttez et placez sur du papier absorbant. Une fois tièdes, saupoudrez de sucre glace.

bugnes lyonnaises
bugnes lyonnaises
Share