Tarte aux mirabelles

(Pâte sablée aux noisettes et à la cannelle)

tarte aux mirabelles
L’été ne finit plus. Août en tongs, septembre en slip. Difficile de se projeter en parka et de reléguer les spartiates aux oubliettes. Les tomates, les courgettes, les aubergines sont toujours dans les assiettes, mais les cucurbitacées (youpi) rappliquent et les figues sont bien là. La saison de la mirabelle, c’est comme celle de la rhubarbe. Trop courte ! Alors on ne boude pas son plaisir. Et pour changer de la pâte sablée classique, j’y ajoute de la cannelle et des noisettes. J’adore l’association de la noisette torréfiée avec les fruits d’automne. Mais avec ou sans flan ? Gourmande ou nature ? Telle est la question ! Celle qui vous taraude forcément quand vous faites une tarte aux quetsches ou aux mirabelles.

Mon four m’a lâchée il y a quelques semaines. ô rage ! Le nouveau est encore pleine en phase de rodage, alors je prends mon mal en patience. Repartir à zéro et tester les cuissons qu’on a l’habitude de maitriser, c’est toujours un peu pénible, surtout quand on est fana de tartes…

Munitions pour une tarte de 22 cm

Pour la pâte (recette Felder) :

  • 120g de beurre mou
  • 80g de sucre glace
  • 30g de poudre de noisettes
  • 1 c. à café de cannelle
  • 1 pincée de sel
  • 1 œuf entier (légèrement battu)
  • 200g de farine

Pour l’appareil à flan:

  • 1 œuf
  • 1 petite c. à soupe de sucre
  • un pointe de cannelle (dosage selon les goûts)
  • 7 cl de lait entier
  • 5 cl de crème fleurette

Et aussi : un peu de noisettes en poudre

tarte aux mirabelles

Préparez la pâte : tamisez le sucre glace avec la cannelle sur le beurre. Ajoutez la poudre de noisettes et le sel. Mélangez bien jusqu’à obtention d’une texture bien homogène. Incorporez l’œuf en remuant doucement. Versez la farine, mélangez bien et lissez pour avoir une pâte bien homogène. Enveloppez dans du film alimentaire et placez au frais au min. 2 heures (voire toute la nuit car la pâte est assez molle).

Lavez les mirabelles, séchez-les puis coupez-les en deux et dénoyautez-les.
Préchauffez le four à 200°C (électrique). Beurrez et farinez le moule (ou recouvrez le fond de papier cuisson).

Étalez la pâte puis foncez le moule, coupez les bords qui dépassent. Piquez le fond à la fourchette. Placez au frigo encore 20-30 min.env.pour que la pâte soit froide.

L’appareil à flan : dans un bol, battez l’œuf avec le sucre, la cannelle, le lait et la crème.

Montage : saupoudrez de la poudre de noisettes sur le fond de tarte puis disposez les mirabelles en rosaces sur le fond de tarte.

Faites cuire 10-15 min. env. dans le bas du four. Versez l’appareil à flan sur les fruits et poursuivez la cuisson 40-45 min en surveillant.

Laissez refroidir. Avant de servir, saupoudrez un peu de sucre glace ou de cannelle.

tarte aux mirabelles

Lammele aux zestes de clémentines

(Oster) Lammele aux zestes de clémentines, noisettes et amandes torréfiées

Lammele

Pas de Pâques sans lammele, c’est péché ! Même si je suis adepte de la version classique – une affaire qui se déroule sans accros – cette année je tente une variation un peu plus originale, à base de zestes de clémentines, de noisettes et d’amandes torréfiées  (une étape recommandée, le goût des fruits secs est vraiment plus intense).
Une recette signée Camille Lesecq – le pâtissier la boutique Oppé – découverte chez une complice. Si le résultat est plutôt sympa, je n’ai testée cette recette qu’une fois, je pense qu’elle mérite d’être peaufinée, notamment au niveau de la texture, que j’aimerais
un poil plus aérée, et du temps de cuisson. Un peu obstinée je suis. Finalement, après la recette classique, la version cake aux amandes, il ne me manque plus qu’une version bien chocolatée (déjà dans les tuyaux). Le résultat est plutôt sympa mais je n’ai testée cette recette qu’une fois, je pense qu’elle mérite d’être peaufinée encore peu, surtout sur la texture, que j’aimerais un poil plus aérée. En revanche, si Camille recommande un temps de cuisson de 20 min. (pâte absolument pas cuite), j’approchais plutôt des 45 (suite à un léger débordement ;-)). A retester très rapidement !

Munitions pour 2 agneaux, grand modèle :

  • 400g sucre semoule
  • 8 œufs
  • noisettes et amandes torréfiées
  • 375g de farine
  • 25g de poudre d’amandes
  • 2 clémentines

Torréfiez quelques amandes et noisettes en les passant au four à 160°C pendant 5 à 10 min (surveillez, elles doivent dorer légèrement). Montez les œufs avec le sucre semoule (ajoutez-le progressivement), travaillez jusqu’à ce que le mélange blanchisse et soit très mousseux.

Beurrez bien le moule en insistant dans les recoins (oreilles), puis saupoudrez-le de poudre d’amandes (pour éviter que le biscuit n’attache pas aux parois. Et l’amande parfumera encore un peu plus le biscuit).

Ajoutez la farine, la poudre d’amandes et incorporez délicatement en soulevant la masse. Ajoutez les zestes de clémentines. Ajoutez ensuite une poignée d’amandes et de noisettes torréfiées à la pâte et mélangez.

Remplissez votre moule aux 3/4 (pas plus, sinon ça déborde !). Placez au four et faites cuire à 180°C (four électrique) pendant env. 40 min. (Vérifiez la cuisson avec la lame d’un couteau). Ne démoulez pas immédiatement, le gâteau risque d’accrocher et de casser.
Une fois le moule tiède, démoulez le lammele.

Laissez refroidir complètement, puis saupoudrez généreusement de sucre glace.

Recette originale de Camille Lesecq – Pâtisserie Oppé

Knepfle au fromage blanc

Recette Marc Haeberlin (La cuisine alsacienne)

knepfle au fromage blanc

Dans la lignée des spaetzle, le plat doudou des alsaciens, les knepfle c’est la version très dodue ! On peut les réaliser de différentes manières, j’ai voulu tester une version au fromage blanc. Ils sont parfaits pour accompagner une viande en sauce, un filet mignon, une petite blanquette de veau made in Alsace. A déguster aussi en poêlée automnale avec des champignons. On peut les déguster directement en les sortant de l’eau. Mais ils sont encore meilleurs dorés à la poêle dans une noix de beurre, crousti-fondants ! Perso je fais revenir un peu d’oignon en début de cuisson et j’ajoute du persil à la fin. Quelques fois je déglace aussi avec du vin blanc. Ici j’ai ajouté quelques petits morceaux de jambon sec, que j’ai fais revenir à la poêle en même temps que les knepfle. Fini les spaetzle et knepfle du supermarché. C’est tellement facile de les faire maison qu’on aurait tort de s’en priver. Elsass power !

knepfle au fromage blanc

Munitions pour env. 4 personnes :

  • 250g de farine
  • 250g de fromage blanc
  • 3 œufs
  • beurre
  • persil ou ciboulette
  • noix de muscade
  • sel, poivre

Versez la farine dans un récipient (ou la cuve de votre batteur). Ajoutez le fromage blanc et les œufs, un peu de persil ou de ciboulette. Salez, poivrez et ajoutez la muscade. Mélangez tous les ingrédients jusqu’à obtenir une pâte épaisse et consistante (mais qui reste fluide).

Faites bouillir une grande casserole d’eau légèrement salée. Deux options : soit vous utilisez une grille à spaetzle/knepfle (système D : le disque d’un presse-purée avec de gros trous – env. 3 mm – peut faire office de grille également), soit vous pouvez les réaliser manuellement, mon choix pour cette recette.

Prélevez de petites portions de pâte (l’équivalent d’une petite 1/2 cuillère à café, les knepfle prennent du volume dans l’eau). Pochez-les dans l’eau, les knepfle remontent à la surface lorsqu’ils sont cuits. (s’ils sont un peu gros, coupez-en un en deux pour vérifier la cuisson, pour qu’ils ne soient pas crus à l’intérieur). Égouttez-les dans une passoire et passez-les sous un filet d’eau froide.

Faites fondre une noix de beurre dans une poêle et faites sauter les knepfle quelques minutes jusqu’à ce qu’ils soient dorés. Salez, poivrez et servez !

knepfle au fromage blanc

 

 

Schenkele (cuisses de dames)

schenkele
Schenkele késako ? Littéralement traduit de l’alsacien, cuisses de dames. Des petits beignets à la forme allongée, avec une partie centrale un peu plus charnue. L’explication tient sans doute au fait que les alsaciennes qui ont mangé trop de bredele ont les cuisses bien rebondies ;-). Reste la petite surcharge pondérale post-fêtes ! Pour ces schenkele, je voulais une recette de puriste, en fouinant je suis tombée sur cette vidéo, qui m’a bien fait marrer. Bon, bref, n’empêche que le lascar, il avait pas l’air d’en être à son coup d’essai et que la recette est top !

Munitions pour une bonne trentaine de schenkele :

  • 350g de farine
  • 200g de sucre semoule
  • 4 œufs
  • 100g de beurre fondu
  • 125g d’amandes en poudre
  • le zeste râpé d’un citron
  • 1 pincée de sel
  • 1 c. à soupe de kirsch (facultatif)

Pour enrober :

  • sucre semoule
  • cannelle

schenkele

Battez les œufs avec le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Ajoutez la farine, les amandes en poudre, le zeste, le kirsch (facultatif) et le beurre fondu. A l’aide d’une cuillère en bois, mélangez bien en partant du centre jusqu’à obtenir une pâte homogène et épaisse. Filmez la pâte et placez-la au frais env. une 1/2 heure.

Sortez la pâte. Farinez votre plan de travail. Faites chauffez votre bain d’huile à 170°C (pas plus chaud, afin d’éviter que les beignets ne brunissent trop vite et soient crus à l’intérieur).

A l’aide d’une cuillère à soupe (ou à la main), prélevez de petites portions de pâte. La pâte se laisse bien travailler, après un passage au frais elle se raffermit et ne colle que très peu. Façonnez de petits croissants de 9-10 cm en rétrécissant un peu les extrémités, avec une partie centrale un peu dodue.

Plongez les croissants dans le bain d’huile et laissez frire jusqu’à ce qu’ils soient bien dorés. La particularité des schenkele : ils se fendillent lors de la cuisson !

Égouttez-les dans du papier absorbant. Puis roulez-les encore chauds dans un mélange de sucre semoule et de cannelle (à doser selon les goûts, les alsaciens auront la main plus lourde ;-))

NB : Vous pouvez également parfumer vos schenkeles avec des zestes d’orange ou de la fleur d’oranger.

schenkele