Carrot cake (recette Ottolenghi)

carrot cake Ottolenghi

Le carrot cake, ou l’éternel débat. Chacun croit détenir LA meilleure recette, la recette parfaite. J’ai toujours trouvé les affirmations de ce genre un tantinet prétentieuses. Ça vaut d’ailleurs pour pas mal d’autres recettes : le meilleur cake citron pavot, les meilleurs scones et j’en passe…Alors le carrot cake ? avec ou sans raisins ? avec des noix ou des noix de pécans ? Est-ce que la meilleure recette existe vraiment ? A mon sens, il n’existe pas de meilleure recette, mais DES recettes.

J’avais déjà testé celle de Jamie, un peu scotchée au départ par les quantités de sucre et de beurre. Au final, la recette s’était révélée plutôt concluante (mais à choisir, je préfère la texture Ottolenghi) assez dense, et encore meilleure le lendemain (c’est d’ailleurs souvent le cas). Depuis, quand je lis une recette de carrot cake, je ne me formalise plus.

Mais ne parlez pas de carrot cake sans beurre, sans sucre ou sans je-ne-sais-quoi sous peine de châtiments (et encore, j’suis sympa, déjà que la tendance healthy me court sérieusement sur le haricot). Dans le carrot cake, y a du gras, y a du sucre, et c’est comme ça qu’on l’aime. J’avais également repéré celle-ci, que j’aimerais tester à titre comparatif.

En novembre dernier, je déjeunais chez Ottolenghi à Londres. Sans doute l’une de mes meilleures expériences culinaires. Une expérience très végétale mais démente : de la fraîcheur, du goût, de l’originalité. Bref, j’ai adoré. Allez-y les yeux fermés. Ottolenghi saura convaincre même les plus carnivores récalcitrants aux légumes.

En dessert, j’avais choisi une part de carrot cake. La recette qui suit est extraite de son Cookbook (les meilleures recettes des restaurants) et elle est assez fidèle à mon souvenir londonien. Ottolenghi précise dans son livre qu’il y a deux camps : ceux qui aiment le carrot cake dense, fruité et puis les autres, ceux qui le préfèrent plus mousseux et léger (en texture, précisons).

J’ai respecté la recette quasi à lettre (20g de sucre en moins, mazette) mais en remplaçant le sucre blanc par du blond non raffiné. J’ai aussi ajouté quelques zestes d’orange, qui ne figuraient pas dans la recette originale. Les raisins secs, ne cherchez pas, il n’y en a pas, de toute façon j’aime pas ça (ou alors hachés menu-menu comme dans le Porter Cake). Pour le frosting en revanche, je n’ai pas suivi sa recette. J’ai préféré un glaçage plus léger, moins sucré mais plus généreux…(Recette originale : 175g de fromage frais + 70g de beurre doux mou + 35g de sucre glace + 25g de miel). Tout est dit ou presque. C’était trop bon !

carrot cake Ottolenghi

Munitions pour 1 cake de 8-10 parts (réalisé dans un moule de 22 cm)

Pour le cake :

  • 160g de farine
  • 1/2 c. à café de levure chimique
  • 1/2 c. à café de bicarbonate de soude
  • 1/2 c. à café de clou de girofle et/ou de cannelle
  • 1 œuf
  • 1 jaune d’oeuf
  • 2 blanc d’oeufs
  • 200g d’huile de tournesol
  • 250g de sucre roux non raffiné
  • 50g de noix concassées
  • 50g de noix de coco râpée
  • 135g de carottes râpées
  • 1 pincée de sel
  • zestes râpés d’une 1/2 orange

Pour le frosting (glaçage) :

  • 300g de cream cheese (Philadelphia)
  • 1 à 2 c. à soupe de sucre glace
  • zestes d’orange
  • noix concassées

Préchauffez le four à 170°C. Graissez et farinez le pourtour du moule à manqué, tapissez le fond d’une feuille de papier cuisson.

Mélangez la farine, la levure, le bicarbonate et les épices. Battez légèrement l’œuf entier avec le jaune d’oeuf. Versez l’huile et le sucre dans un récipient (ou la cuve d’un robot), battez 1 min. à vitesse moyenne. Réduisez la vitesse et ajoutez l’œuf battu. Ajoutez ensuite les noix, la noix de coco, les zestes d’orange et les carottes râpées. Ajoutez ensuite les ingrédients secs (farine, levure, bicarbonate, épices).

Montez les blancs en neige ferme avec la pincée de sel. Incorporez-les délicatement à la préparation sans les écraser, en procédant en plusieurs fois.

Versez la pâte dans le moule. Placez au four et faites cuire env. 1 heure. Vérifiez la cuisson : plantez la lame d’un couteau, si elle ressort sèche le carrot cake est prêt. Sinon poursuivez encore un peu la cuisson

Pour le topping : battez le fromage blanc dans un bol pour le rendre lisse et léger.
Ajoutez le sucre glace et quelques zestes d’orange.Étalez le glaçage sur le cake. Râpez quelques zestes par-dessus pour la déco et parsemez de noix concassées.

carrot cake Ottolenghi

 

Crumb cake au butternut et pépites de chocolat

Crumb cake au butternut et pépites de chocolat

Les cakes sucrés aux légumes, comme les tartes, c’est vraiment ma came. Carottes ou courges, je trouve que les légumes apportent le moelleux et ce coté « moist » (humide) incomparables. Monomanie chromatique et automnale, j’aime les légumes oranges. Les légumes tout-terrain qui s’adaptent aussi bien au sucré qu’au salé. Sans oublier la juste dose d’épices et de fruits secs. Je ne résiste pas à un bon shoot de cannelle.

Pour mon crumb cake, je me suis inspirée de la recette de Sally’s baking addiction.
J’ai longuement hésité…Muffins ou cake à partager ? Finalement ce sera cake.
J’ai réduit un peu la quantité initiale de sucre (toujours trop chez les ricains) et celle de la purée, pour une simple raison : j’ai testé il y a quelques temps un marbré chocolat/courge, une recette issue d’un blog US également (avec les conversions des cups en grammes, un drame peut vite arriver). Je salivais d’avance…Déception, je ne sais pas trop où ça a cafouillé, mais la texture de mon cake n’était pas très cuite (trop de purée ?). Bref. J’avais peur que trop de purée ne vienne compromettre la recette, d’où une quantité un peu plus réduite (250g au lieu de 330g env.). Ce qui ne gâche rien au final, je trouve ce dosage à mon goût.

Pour le crumble, j’ai fait un tant pour tant, à peu près comme dans la recette de Sally.
Même s’il était très bon, j’ai trouvé qu’il s’étalait un peu trop (pas assez de gros grumeaux à mon goût, comme ici). Du coup, je préfère ma version habituelle avec l’ajout de poudre de fruits secs (amandes ou noisettes), le crumble se tient mieux à la cuisson. Question de goût et d’habitude. C’est parti !

Crumb cake au butternut et pépites de chocolat

Munitions pour un cake de 21 x 21 cm

Pour la pâte:

  • 220g de farine
  • 1 c. à café de bicarbonate de soude
  • 1 c. à café de levure chimique
  • 2 c. à café de cannelle en poudre
  • 1 c. à café d’épices mélangées : gingembre, muscade, quatre-épices
  • 1/2 c. à café de sel
  • 120 ml d’huile (ou de beurre fondu, env. 125g)
  • 150g de sucre roux de canne
  • 250 g de purée de butternut
  • 2 œufs
  • 60 ml de lait
  • une belle poignée de pépites de chocolat (chocolat Weiss)

Pour le crumb topping:

  • 80g de farine
  • 80g de sucre roux
  • 80g de beurre
  • un peu de cannelle

Préparez la purée : avec 900g de butternut (pelé et tranché) vous obtiendrez env. 450-500 g de purée (poids égouttée).  Je n’ai pas tout utilisé, j’ai gardé le reste pour un parmentier de butternut en format individuel !

Coupez le butternut en tranches, retirez les graines dans la partie basse, puis épluchez-les. Coupez le butternut en cubes puis faites-le cuire à la vapeur, jusqu’à ce que le buttternut soit bien tendre.Dans un récipient, écrasez le butternut à l’aide d’une presse-purée. Pour retirer un maximum d’humidité, idéalement passez la purée à travers une étamine (tissu très fin destiné à la préparation des confitures, à défaut un torchon propre)
fermez et pressez. Le butternut va libérer pas mal d’eau…

Pour le crumble, mélangez tous les ingrédients, malaxez du bout des doigts pour bien intégrer le beurre et former une pâte grumeleuse. Pressez la pâte par portions pour former des « grumeaux ». Placez au frais pendant la préparation de la pâte à cake.

Pour la pâte: dans un récipient, mélangez la farine, la levure, le bicarbonate, le sel et les épices. Battez les œufs avec le sucre roux. Ajoutez l’huile (ou le beurre fondu) et le lait.
Mélangez les ingrédients liquides avec les ingrédients secs. Incorporez ensuite la purée de courge. Finissez en ajoutant les pépites de chocolat.

Préchauffez le four à 180°C. Versez la pâte dans un moule carré beurré et fariné ou tapissé de papier cuisson. Enfournez (tiers inférieur). Faites cuire env. 15 min. puis répartissez le crumble sur la pâte. Poursuivez la cuisson env. 25 min. Vérifiez la cuisson avec la lame d’un couteau, elle doit ressortir sèche.

Avant de déguster, saupoudrez d’un voile de sucre glace et coupez en parts.

Crumb cake au butternut et pépites de chocolat

 

 

Crumb cake à la rhubarbe

crumb cake à la rhubarbe

Le crumb cake, c’est l’équivalent du streuselkuchen allemand. Une pâte à cake recouverte de streusel (ou crumble). Parfois juste une seule et même pâte qui sert à la fois de base et de crumble. Et entre les deux, on y met ce qu’on veut, des fruits le plus souvent, de la confiture…(les allemands adorent nous coller un peu de Quark aussi). Les ricains ont encore frappé. Et avec eux, cette – vilaine – petite manie de s’attribuer la paternité du truc? (l’œuf ou la poule ? le Streuselkuchen ou le crumb cake ?) Et puis crumb cake ça sonne tellement mieux hein. Le temps de traverser l’Atlantique, bim, encore un gâteau hybride et une mode de plus. Ouais, mais nous les frontaliers, on nous prend pas pour des buses. Bref, après cette petite pointe sarcastique pleinement assumée, je dépose les armes.

En me baladant sur le net, je suis tombée sur pas mal de recettes américaines ultra-appétissantes, bien souvent la liste d’ingrédients prévoyait de la « sour cream ». Comme je n’avais plus de crème épaisse sous la main mais du fromage blanc (Monop’ te sauve souvent la mise le dimanche, mais pas un 1er mai) et puis un peu la flemme de faire les équivalences cups/grammes, j’ai fini par jeter mon dévolu sur la recette d’Eva (également auteur du livre « Crumb cakes »). Pour la recette de la pâte à cake, j’ai donc suivi sa recette de base. J’y ai ajouté les zestes d’une demi-orange parce que l’association orange-rhubarbe fonctionne vraiment très bien. Pour le crumble en revanche, je n’ai pas suivi la sienne mais ma recette Felder que j’utilise régulièrement, c’est celle que je préfère. Pour la cuisson, j’ai un peu changé la méthode également, je n’ai pas cuit le tout en une fois mais procédé en deux temps, pour que le crumble soit doré juste comme il faut.

crumb cake à la rhubarbe

Munitions (pour env. 10-12 parts)

Pour la pâte à cake :

  • 3 œufs
  • 130 g de sucre en poudre
  • 100 g de beurre fondu
  • 50 g de fromage blanc
  • 170 g de farine
  • 1 c.à c. de levure chimique
  • zeste d’une 1/2 orange (facultatif)
  • env. 250-300 g de rhubarbe

Pour le crumble :

  • 80 g de farine
  • 80 g de beurre froid
  • 65 g de sucre roux
  • 15g de sucre vanillé (2 sachets)
  • 80 g d’amandes en poudre

Épluchez et coupez la rhubarbe en cubes. Placez-la dans une passoire au-dessus d’un récipient. Saupoudrez d’une bonne cuillère à soupe de sucre (vous pouvez ajouter un peu de sucre vanillé aussi), mélangez et laissez dégorger une petite heure.

Faites fondre le beurre à feu doux dans une petite casserole. Râpez finement le zeste de l’orange. Préchauffez le four à 180°C (four électrique).

Pour le crumble : mélangez tous les ingrédients, malaxez du bout des doigts pour bien intégrer le beurre et former une pâte grumeleuse. Pressez la pâte par portions pour former de gros « grumeaux ». Placez au frais pendant la préparation de la pâte à cake.

Pour la pâte à cake : dans un récipient, battez les œufs avec le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Ajoutez le beurre fondu, le fromage blanc et mélangez. Ensuite incorporez la farine avec la levure, les zestes d’orange et mélangez. Versez la pâte dans un moule carré (21 x 21 cm) beurré et fariné ou tapissé de papier cuisson. Répartissez les cubes de rhubarbe sur la pâte. Enfournez (tiers inférieur).

Au bout de 15 min. de cuisson, sortez le moule du four, émiettez et répartissez le crumble sur le cake. Remettez au four et poursuivez la cuisson env. 25 min. (surveillez, couvrez d’une feuille de papier alu si nécessaire). Vérifiez la cuisson avec la lame d’un couteau, elle doit ressortir sèche. Une fois refroidi, saupoudrez de sucre glace, coupez en parts et servez !

crumb cake à la rhubarbe

Lammele aux zestes de clémentines

(Oster) Lammele aux zestes de clémentines, noisettes et amandes torréfiées

Lammele

Pas de Pâques sans lammele, c’est péché ! Même si je suis adepte de la version classique – une affaire qui se déroule sans accros – cette année je tente une variation un peu plus originale, à base de zestes de clémentines, de noisettes et d’amandes torréfiées  (une étape recommandée, le goût des fruits secs est vraiment plus intense).
Une recette signée Camille Lesecq – le pâtissier la boutique Oppé – découverte chez une complice. Si le résultat est plutôt sympa, je n’ai testée cette recette qu’une fois, je pense qu’elle mérite d’être peaufinée, notamment au niveau de la texture, que j’aimerais
un poil plus aérée, et du temps de cuisson. Un peu obstinée je suis. Finalement, après la recette classique, la version cake aux amandes, il ne me manque plus qu’une version bien chocolatée (déjà dans les tuyaux). Le résultat est plutôt sympa mais je n’ai testée cette recette qu’une fois, je pense qu’elle mérite d’être peaufinée encore peu, surtout sur la texture, que j’aimerais un poil plus aérée. En revanche, si Camille recommande un temps de cuisson de 20 min. (pâte absolument pas cuite), j’approchais plutôt des 45 (suite à un léger débordement ;-)). A retester très rapidement !

Munitions pour 2 agneaux, grand modèle :

  • 400g sucre semoule
  • 8 œufs
  • noisettes et amandes torréfiées
  • 375g de farine
  • 25g de poudre d’amandes
  • 2 clémentines

Torréfiez quelques amandes et noisettes en les passant au four à 160°C pendant 5 à 10 min (surveillez, elles doivent dorer légèrement). Montez les œufs avec le sucre semoule (ajoutez-le progressivement), travaillez jusqu’à ce que le mélange blanchisse et soit très mousseux.

Beurrez bien le moule en insistant dans les recoins (oreilles), puis saupoudrez-le de poudre d’amandes (pour éviter que le biscuit n’attache pas aux parois. Et l’amande parfumera encore un peu plus le biscuit).

Ajoutez la farine, la poudre d’amandes et incorporez délicatement en soulevant la masse. Ajoutez les zestes de clémentines. Ajoutez ensuite une poignée d’amandes et de noisettes torréfiées à la pâte et mélangez.

Remplissez votre moule aux 3/4 (pas plus, sinon ça déborde !). Placez au four et faites cuire à 180°C (four électrique) pendant env. 40 min. (Vérifiez la cuisson avec la lame d’un couteau). Ne démoulez pas immédiatement, le gâteau risque d’accrocher et de casser.
Une fois le moule tiède, démoulez le lammele.

Laissez refroidir complètement, puis saupoudrez généreusement de sucre glace.

Recette originale de Camille Lesecq – Pâtisserie Oppé