panna cotta chocolat café

panna cotta chocolat cafe

J’adore la panna, rien de neuf. C’est vraiment le dessert qui te sauve la mise, qui s’adapte à toutes les saisons, rapide, gourmand et ultra-simple. Plutôt adepte de la classique avec coulis, je m’étais pas encore aventurée dans la panna-cotta bi-goût et inclinée. Le chocolat se marie bien avec la saveur corsée du café. J’ai mis volontairement peu de sucre, le chocolat, même à 70%, c’est toujours un peu sucré. J’en ai ajouté un peu plus dans la crème au café, mais assez peu au regard des quantités totales.

Pour une panna bien onctueuse, évitez d’avoir la main lourde sur la gélatine. Et choisissez un chocolat de qualité, ça fait toujours la différence. J’ai opté pour les palets de chocolat noir de la Maison Weiss qui propose une gamme spécialement dédiée à la pâtisserie. Amatrice de bon chocolat, je croque de temps à autre l’une de leur tablette…(Ibaria pour l’accro des agrumes ici présente).

Munitions pour 4 pots (contenance max. 160 ml)

Pour la crème au chocolat:

Pour la crème au café:

  • 110 ml de lait
  • 110 ml de crème liquide
  • 1 feuille de gélatine
  • 2 c. à café de café soluble
  • 4 c. à café de sucre roux de canne

Pour la déco:

  • copeaux de chocolat
  • cacao en poudre
panna cotta chocolat cafe

Pour la crème au chocolat : faites ramollir la feuille de gélatine dans un bol d’eau froide. Mélangez et versez le sucre, le lait et la crème dans une petite casserole.
Portez à ébullition et retirez du feu. Ajoutez le chocolat noir (préalablement haché, il fondra plus vite), laissez fondre quelques secondes, puis remuez bien jusqu’à ce que la crème soit bien homogène. Incorporez ensuite la gélatine bien essorée et mélangez bien. Versez dans les 4 pots. Incliner les pots et laissez-les au frigo env. 2-3 heures le temps de figer.  

Pour les incliner dans votre frigo, plusieurs options :
J’ai tout simplement utilisé les grilles de mon frigo. J’ai calé les pots contre la paroi du frigo et entre les grilles avec l’inclinaison nécessaire. Vous pouvez également vous servir d’un rouleau à pâtisserie, recouvert d’un torchon pour éviter que les pots ne glissent.
Vous pouvez également utiliser des boîtes à œuf en carton, les alvéoles serviront à les caler.

Pour la crème au café : faites ramollir la feuille de gélatine dans un bol d’eau froide.
Mélangez et versez le sucre, le lait et la crème dans une petite casserole.
Portez à ébullition et retirez du feu. Ajoutez le café soluble et remuez.
Incorporez ensuite la gélatine bien essorée et mélangez bien. Laissez refroidir à température ambiante (ne versez pas la crème brûlante sur la crème déjà figée, elle risquerait de commencer à fondre et les deux crèmes pourraient commencer à se mélanger). Une fois refroidie, versez dans les 4 pots jusqu’à hauteur de la crème chocolat.
Placez au frais et laissez prendre plusieurs heures.

Avant de déguster, parsemez des copeaux de chocolat. Saupoudrez d’un peu de cacao en poudre.

panna cotta chocolat cafe
Share

Panna cotta au chocolat, poire pochée aux épices

Panna cotta au chocolat

Panna cotta au chocolat, poire pochée aux épices et crumble

Depuis que Fleck&Co, traiteur de très bon goût, s’est installé à deux pas de chez moi, je suis comme un coq en pâte. Le meilleur plan food de mon quartier depuis bien longtemps ! Si je m’écoutais, j’irais m’y acheter une formule déjeuner tous les jours.  Le concept ? À l’instar de l’enseigne Boco à Paris, les petits plats sont servis dans des bocaux Weck. L’ancien chef du restaurant gastronomique L’Escale aux Quais s’est reconverti en traiteur…Grand bien lui fasse. Et à nous aussi ! J’aime le concept, le contenu autant que le contenant. Un repas de chef (plat + dessert) pour 10,90€ c’est royal ! Des petits plats mijotés et savoureux comme on les aime, des desserts qui déchirent…et quand on connait un peu l’histoire du chef et la genèse de la boutique, on sait qu’on aura droit à du bon !

Alors de temps en temps je vais me laisser aller à flecker home-made aussi, en emportant mes plats en bocaux. Ça passe au micro-ondes, ça se transporte bien, parfait pour emporter au boulot. Ce que j’apprécie particulièrement dans les desserts de chez Fleck, ce sont les jeux de textures. Du crémeux, du craquant, du moelleux.  Résultat ultra-gourmand. Du coup, dans mes desserts, j’ai un peu envie de retrouver la même chose. Ben ouais, Fleck m’inspire….D’où l’idée de cette panna cotta au chocolat aux poires, servie avec un crumble (une autre variation par ici). J’ai encore d’autres associations en tête. J’aurais sans doute pu équilibrer davantage la répartition crème-poire-crumble, mais en bonne accro, le chocolat domine !

Munitions pour 4 bocaux (contenance 16 cl)

Panna cotta au chocolat

Pour le crumble :

  • 30g de farine
  • 15g de cassonade
  • 15g de sucre semoule
  • 30g de beurre
  • 30g d’amandes en poudre

Placez la farine, les amandes, le beurre, les 2 sucres dans un récipient. Mélangez le tout.
Malaxez bien avec les deux mains de manière à incorporer le beurre aux ingrédients.
Une fois le beurre bien incorporé, émiettez la pâte sur une plaque (recouverte de papier cuisson) en la travaillant du bout des doigts. Enfournez à 180°C et surveillez la coloration. Sortez le crumble lorsqu’il est bien doré (ne le laissez pas noircir). Glissez la feuille sur une grille et laissez refroidir (lorsqu’il sort du four il est un peu mou, normal, mais il durcit en refroidissant).

Pour la poire pochée (inspirée de cette recette) :

  • 1 litre d’eau
  • 120g de sucre en poudre
  • 60g de miel
  • Des épices à vin chaud : 2 bâtons de cannelle, anis étoilé (2-3 étoiles) quelques grains de poivre, quelques clous de girofles
  • 1 gousse de vanille (ou de la vanille en poudre)
  • 1 poire

Verser l’eau dans une casserole haute, ajoutez le sucre, le miel et tous les épices.
Fendez la gousse de vanille en 2, grattez les graines et ajoutez-les à l’eau avec la gousse.
Portez à ébullition sur feu doux. Épluchez la poire en laissant la queue. Evidez-la par le fond avec un couteau pointu ou un économe. Dès que le sirop aux épices bout, plongez-y la poire et faites cuire pendant env. 15-20 min. à frémissement, en la retournant de temps en temps, très délicatement. Plantez la pointe d’un couteau pour vérifier la cuisson de la poire puis retirez-la délicatement du sirop. Une fois refroidie, coupez-la en cubes. (NB : ma poire était déjà un peu molle, d’où une cuisson assez courte. Si vous utilisez des poires bien fermes, prolongez un peu la cuisson).

Panna cotta au chocolat

Pour la panna cotta:

  • 20 cl de crème fraîche liquide
  • 20 cl de lait
  • 80g de chocolat noir (Los Ancones de Michel Cluizel)
  • 1 pincée de cannelle
  • 2 feuilles de gélatine
  • 2-3 c. à soupe de sucre roux

Faites ramollir les feuilles de gélatine dans un bol d’eau froide. Faites bouillir le lait avec la crème fraîche. Retirez du feu. Ajoutez le chocolat noir et remuez jusqu’à ce qu’il ait complètement fondu. Ajoutez ensuite la gélatine essorée à la préparation chaude. Mélangez bien jusqu’à ce que la gélatine fonde complètement. Remplissez les pots (mais pas à ras bords, laissez un peu de place pour les poires et le crumble). Placez au frais plusieurs heures jusqu’à ce que la panna cotta ait figé.

Dressez ensuite les cubes de poires et parsemez de crumble avant de servir (pour éviter qu’il ne ramollisse avec l’humidité des poires)

Panna cotta au chocolat

Scène de cream

Fleck & Co – Le chef s’emporte
9 Rue du Ruisseau Bleu 67000 Strasbourg
03 88 65 61 35

Horaires d’ouverture :
Lundi au vendredi de 10:00 à 19:00
Samedi de 9:30 à 14:00

Fleck&Co Strasbourg

Fleck&Co Strasbourg

Fleck&Co Strasbourg

Fleck&Co Strasbourg

Share

Panna cotta aux quetsches, crumble cannelle

Panna cotta au lait d’amandes, compote de quetsches & crumble cannelle

Panna cotta aux quetsches, crumble cannelleC’est pas nouveau, j’adore la panna, ici, et encore . Alors j’ai beaucoup aimé préparer cette recette. Une recette qui sent bon l’automne, le croustillant et les épices, préparée avec ma came habituelle, le lait d’amande et coupée avec la crème de la crème !

Si vous n’habitez pas le grand est, vous aurez sans doute un peu de mal à la trouver. Mais si vous tombez dessus, prenez-la ! La crème fraîche fluide entière Alsace Lait, c’est la seule crème made in Alsace qui bénéficie non pas d’un, mais de deux signes officiels de la qualité et de l’origine : un Label Rouge* et une IGP*.

Concrètement ça veut dire quoi ? Que c’est de la bonne ! Et qu’elle est dotée de qualités vraiment à part. Niveau goût, couleur et tenue, elle se démarque nettement des autres crèmes liquides. Grâce à son taux (32%) et la qualité de la matière grasse, elle est parfaite aussi bien à froid (pour la préparation en chantilly) qu’à chaud pour les ganaches, les crèmes, les sauces….

Si elle aussi bonne, c’est parce qu’elle est collectée dans un rayon de 80 km autour de la laiterie, auprès de producteurs de lait de qualité supérieure. Un temps de collecte inférieure à 3 heures. Emballé c’est pesé : entre la réception du lait et la fin du conditionnement, il s’est écoulé moins de 48h. De la crème, rien que de la crème, pas d’ajout, ni ferments lactiques, ingrédients ou d’additifs.

La crème Label Rouge, c’est la crème chouchou des grands chefs et pâtissiers comme Christophe Felder, qui l’utilise pour ses créations (on y reviendra 😉 teasing…). Même notre artisan-fromager star a rejoint le gang : la chantilly Lorho était en vente tout l’été à la boutique rue des Orfèvres à Strasbourg !

En fouinant dans mes archives, j’ai retrouvé cette recette de crème au chocolat préparée avec la crème fraîche Alsace Lait. Ce dessert à l’époque m’avait tellement emballé que j’étais allée demander la recette au chef du resto La Corde à Linge !

Munition pour env. 5-6 pots (bocaux Weck contenance 160 ml)

Pour le crumble :

  • 75g de farine
  • 30g de cassonade
  • 35g de sucre semoule
  • 75g de beurre
  • 75g de poudre d’amandes
  • une pincée de sel
  • 1 c. à café de cannelle en poudre

Pour la panna cotta:

  • 33 cl de lait d’amandes
  • 33 cl de crème fraîche liquide Alsace Lait Label Rouge
  • 3 feuilles de gélatine
  • 2-3 c. à soupe de sucre semoule

Pour la compote :

  • 250g de quetsches
  • 1 bâton de cannelle
  • un peu de cannelle en poudre

Panna cotta aux quetsches, crumble cannellePlacez la farine, le beurre, les 2 sucres, la poudre d’amandes, la cannelle, le sel, dans un récipient. Mélangez le tout. Malaxez bien avec les deux mains de manière à incorporer le beurre aux ingrédients. Une fois le beurre bien incorporé, émiettez la pâte sur une plaque (recouverte de papier cuisson) en la travaillant du bout des doigts. Enfournez à 180°C et surveillez la coloration. Sortez le crumble lorsqu’il est bien doré (ne le laissez pas noircir). Glissez la feuille sur une grille et laissez refroidir.

Dénoyautez les quetsches, puis coupez-les en petits morceaux. Placez les quetsches dans une casserole avec un petit fond d’eau et le bâton de cannelle. Faites chauffez à feu moyen, laissez compoter 15-20 min. à couvert (sur la fin, retirez le couvercle). Laissez refroidir avec le bâton de cannelle.

Goûtez, rectifiez, selon votre goût ajoutez un peu de cannelle en poudre pour une saveur plus prononcée. Selon les goûts, réduisez les quetsches en purée au mixer plongeant (sans le bâton de cannelle ;-)).

Faites ramollir les feuilles de gélatine dans un bol d’eau froide. Faites bouillir le lait d’amandes avec la crème fraîche. Retirez du feu. Ajoutez la gélatine essorée à la préparation chaude. Mélangez bien jusqu’à ce que la gélatine fonde complètement. Remplissez les pots (mais pas à ras bords, laissez de la place pour la compote et le crumble).

Placez au frais plusieurs heures jusqu’à ce que la panna cotta ait figé. Au moment de servir, versez la compote de quetsches sur les panna cotta, parsemez de crumble.

*Ouvrez l’œil !

C’est pas compliqué, même au supermarché, il suffit d’observer les logos apposés pour reconnaître les bons produits. Parmi les signes officiels (reconnus par l’État) de la qualité et de l’origine, avec l’AOC/AOP, on distingue également :

Logo IGPL’IGP : ou indication géographique protégée. Crée en 1992, elle désigne un produit dont les caractéristiques sont liées au lieu géographique dans lequel se déroule au moins sa production ou sa transformation selon un cahier des charges bien déterminé. C’est un signe qui protège le nom du produit des usurpations dans toute l’U.E. Exemple : la Raviole du Dauphiné, les Pâtes d’Alsace…

Le Label Rouge est un signe français qui désigne des produits qui par leurs conditions de production ou de fabrication ont un niveau de qualité supérieur par rapport aux autres produits similaires (saumon fumé, poulet, fromage, charcuterie). Il existe en France environ 500 produits sous label rouge. A toutes les étapes de production et d’élaboration, le produit répond à des exigences en termes de qualité et de goût. Un meilleur goût garanti par des dégustations sensorielles obligatoires. Logo Label Rouge

Une denrée ou un produit peut bénéficier simultanément d’un Label Rouge et d’une indication géographique protégée (IGP) ou d’une spécialité traditionnelle garantie (STG), mais non d’un label rouge et d’une appellation d’origine.

 

Share

Smoothie pêches lait d’amandes

Le lait d’amandes, ma nouvelle marotte ! Une recette que j’avais réalisée lors d’un atelier de cuisine l’an dernier. Elle ressort de son tiroir, ça tombe bien, c’est pile la saison des pêches et pile le moment où on va avoir envie de trucs bien frais. Et mis à part les glaces et les boissons bien fraîches, je sens qu’on ne va pas avoir envie de grand chose de plus ces prochains jours…

Smoothie pêches lait d'amandesMunitions pour un 1 grand verre :

  • 2 pêches jaunes (env. 250g)
  • 125 ml de lait d’amandes (non sucré)
  • 1 c. à soupe de miel
  • 2 à 3 belles c. à soupe de yaourt grec

Dénoyautez les pêches, coupez-les en gros morceaux. Dans un blender, placez les pêches coupées en morceaux, le lait d’amande et le yaourt. Mixez jusqu’à obtention d’une texture lisse et mousseuse. Filtrez au tamis pour retirer la peau des pêches (mieux : pochez-les rapidement dans l’eau bouillante avant de les mixer). Servez bien frais ! (Pour un smoothie ultra frais, passez les fruits au congélateur un moment juste avant de les mixer !)

Smoothie pêches lait d'amandes

Share

Panna Cotta au Lait d’amande, caramel au beurre salé

Panna Cotta au Lait d'amande, caramel au beurre saléUn peu en mode, je fais les fonds de placards…Parce qu’on a souvent tendance à acheter, à accumuler et à stocker, il est bon nécessaire de refaire un peu de place de temps en temps, et d’utiliser ce qu’on a sous la main plutôt que de continuer à faire l’écureuil, en se disant, «m’oui, allez, je prends ça aussi, pour plus tard, c’est toujours bien d’en avoir» 😉 Et puis parce finalement, faire un dessert, c’est possible avec pas grand chose et en quelques minutes (enfin à condition de s’y prendre la veille parfois).
Faire un dessert, c’est simple comme une panna cotta au caramel au beurre salé (pas maison, là aussi, j’ai puisé dans mon gros stock de pots de confitures et caramels).

Pour 4 verrines de 125 ml env.

  • 250 ml de lait d’amande
  • 250 ml de crème fraîche liquide
  • 50 à 60g de sucre roux
  • 3 feuilles de gélatine
  • caramel au beurre salé (Jacques Bockel)
  • éclats d’amandes

Panna Cotta au Lait d'amande, caramel au beurre saléFaites tremper les feuilles de gélatine dans un bol d’eau froide.
Mélangez le lait avec la crème et le sucre roux et portez à ébullition.
Ajoutez les feuilles de gélatine préalablement essorées, mélangez à la préparation, en remuant jusqu’à dissolution. Versez la panna cotta dans des verrines et placez au frais plusieurs heures (une nuit idéalement). Concassez quelques amandes blanches, faites-les dorer dans une poêle à feu vif, sans ajout de matière grasse. Versez du caramel au beurre salé sur les panna cotta avant de déguster et parsemez d’éclats d’amandes torréfiés.

Panna Cotta au Lait d'amande, caramel au beurre saléPanna Cotta au Lait d'amande, caramel au beurre salé

Share

Baby pavlovas aux fraises, basilic et citron vert

baby pavlovas aux fraisesAu commencement, je ne suis pas une dingue de meringue. Par meringue, j’entends la meringue sèche, cassante, le truc ultra sucré qui décore les vacherins. Pas la mousseuse, non, légèrement dorée, celle qui recouvre les tartes au citron ou à la rhubarbe. La pavlova, j’ai toujours trouvé ça très esthétique, frais, super gourmand, déclinable au fil des saisons. Mais toujours ce frein : la meringue, bof.

Les temps changent. Finalement, la meringue, c’est un peu la même rengaine que la guimauve maison. Une fois qu’on met le nez dedans…On hésite, on se lance, et finalement on se rend compte que ben ouais, en fait, on aime bien. Enfin la meringue, c’est bien surtout quand elle n’est pas toute seule. J’ai même fini par acheter un livre le livre Monts Blancs & Merveilleux, histoire de pousser le vice.

Le thème des fruits et légumes made in France proposé par Lidl pour le Salon du Blog Culinaire tombait à pic. J’avais envie d’une recette très fraîche, des fraises, relevées par une chantilly au basilic et des zestes de citron vert. Réalisée sur place ce week-end avec un ingrédient de choix, la fraise de Carpentras, délicieuse – je ne crois pas exagérer en disant qu’elle a fait un tabac sur le stand – que l’on trouvera désormais sur les étals Lidl.

Munitions : pour env. 15 à 20 pavlovas (selon la taille)

Pour les meringues :

  • 100g de blanc d’œufs (3 à 4 blancs, selon le poids)
  • 100g de sucre semoule
  • 100g de sucre glace

Pour la chantilly au basilic :

  • 40 cl de crème fraîche liquide
  • 200g de mascarpone
  • Env. 4 c. à soupe de sucre glace
  • Env. 10 à 12 feuilles de basilic

Pour le dressage :

  • 1 barquette de fraises (500g)
  • 1 citron vert

Préchauffez le four à 90°C (four électrique) 70°C (four à chaleur tournante). Découpez les fraises en fines lamelles. Réservez.

La meringue : montez les blancs en neige avec un peu de sucre semoule. Lorsqu’ils commencent à être fermes, ajoutez le reste du sucre progressivement jusqu’à obtenir une meringue brillante et qui forme un « bec d’oiseau » aux crochets.

Tamisez le sucre glace puis incorporez-le délicatement à la meringue (vous pouvez également ajoutez des zestes de citron vert directement dans la meringue). Versez la meringue dans une poche à douille (munie de la douille de votre choix).

Sur une plaque recouverte de papier cuisson, dressez de petits tas de meringue. Creusez un petit puits à l’aide d’une cuillère à café. Ou bien formez des nids en dressant d’abord à la poche un petit fond de meringue, formez ensuite le pourtour du nid, puis superposez une seconde couche sur le pourtour. Saupoudrez d’un peu de sucre glace tamisé, placez au four et faites cuire env. 1h à 1h15 (selon la taille des pavlovas).

La chantilly : Mixez les feuilles de basilic avec la crème fraîche froide. Filtrez la crème. Ajoutez le mascarpone, mélangez pour détendre, remettez au frais un moment pour le mélange soit bien froid. Montez la crème fraîche en chantilly ferme. Sucrez selon votre goût. Remplissez une poche à douille de chantilly (NB : vous pouvez très bien réaliser une chantilly simple, sans le mascarpone).

Le dressage : dressez la crème chantilly sur les meringues. Décorez de fraises, et l’aide d’une fine râpe, zestez par-dessus le citron vert.

Le tuyau de Chef Damien : une meringue un peu plus light, en réduisant les quantités de sucre à 60g et en ajoutant un filet de citron pour apporter un peu d’acidité. Et pour un concentré de parfum, congeler ses agrumes avant de les zester pour éviter que l’essence naturelle ne s’évapore.

baby pavlovas aux fraises

Share

Mini-charlottes aux cranberries et à la poire

 

Mini-charlottes aux cranberries et à la poire
Elles m’auront donné du fil à retordre ces cranberries fraîches. D’abord introuvables sur les étals, elles ont commencé à me narguer juste après la deadline…Il y a déjà plus d’un bon mois de ça, mon commanditaire voulait des recettes à base de cranberries fraîches. Sauf qu’en Alsace, pas si facile d’en trouver, surtout pas début novembre (même pas dans les frozen-centers). J’ai interrogé tous mes indics, pisté tous les fournisseurs potentiels de la ville pour en trouver. Rien à faire. J’ai cru toucher au but quand j’ai trouvé des cranberries au sirop en Allemagne, avec lesquelles j’ai quand même pu faire un premier essai. Une livraison express m’aura permis de finir mes recettes juste à temps.

Finalement je commence à l’apprivoiser la petite baie rouge – pour l’avoir utilisée dans plusieurs recettes – et à l’apprécier vraiment (mais je l’aimais déjà beaucoup séchée). A tel point que j’ai fait de belles réserves au congélateur, et j’aime beaucoup consulter les blogs US ou canadiens pour voir de quelle manière elle est utilisée là-bas.  Pour l’adoucir, j’ai associé la cranberry à la poire. Et avec l’orange, l’association fonctionne toujours aussi bien.  Pour le sucre, c’est à vous de voir, selon vos goûts. La cranberry est acide, mais pour garder le goût du fruit, éviter de la noyer dans le sucre…

Munitions pour 4 personnes
Temps de préparation : 60 min.
Temps de cuisson : 25 min env.
Matériel : 4 moules individuels (à charnière) Ø 10 cm

Pour le coulis de cranberries

  • 300g de cranberries fraiches
  • 300 ml d’eau env.
  • 4-5 c. à soupe de sucre roux ou semoule

Placez les cranberries dans une casserole avec l’eau et faites cuire à feu moyen. Les cranberries vont éclater au fur et à mesure de la cuisson. Laissez frémir env. 20 min. jusqu’à ce que le mélange épaississe (un peu comme une marmelade). Passez les cranberries à la passoire fine (ou tamis) pour récupérer le coulis. Écrasez bien les cranberries pour récupérer un maximum de coulis. (vous pourrez récupérer env. 300g de coulis). Ajoutez le sucre et mélangez. Réservez.

Pour la mousse aux cranberries

  • 30 cl de crème fraiche liquide
  • 1 feuille de gélatine
  • 5-6 c. à café de sucre semoule
  • Env. 20 biscuits boudoirs
  • 1 poire (voire deux selon les goûts)

Prélevez env. 1/4 de coulis. Diluez 1 à 2 c. à soupe de ce coulis avec un peu d’eau. Réservez le reste pour la décoration.

Faites ramollir la gélatine dans un bol d’eau froide. Montez la crème fraîche en chantilly ferme. Sur les 3/4 du coulis, prélevez une petite partie, faites-la chauffer dans une casserole. Ajoutez la gélatine préalablement égouttée, mélangez jusqu’à dissolution. Incorporez à la chantilly, puis ajoutez le reste du coulis en soulevant délicatement la masse. Sucrez selon votre convenance.

Épluchez et épépinez la poire. Coupez-la en quatre puis en petits dés. Incorporez-les à la mousse.

Coupez chaque biscuit boudoir en deux. A l’aide d’un pinceau à pâtisserie, imbibez les biscuits boudoirs de coulis de cranberries dilué. Disposez les boudoirs sur le pourtour de chaque moule. Déposez une couche de biscuits au fond de chaque moule en tassant bien (avec le dos d’une cuiller par ex.). Versez la mousse dans la charlotte. Laissez prendre au frais plusieurs heures.

Mini-charlottes aux cranberries et à la poireVous pouvez ajouter un peu du coulis restant sur les charlottes. Décorez avec des cranberries givrées (passez-les dans du blanc d’œuf puis roulez-les dans du sucre semoule).

Share

Cranachan aux framboises

cranachan aux framboisesEncore plus fort et plus léger que le tiramisu, le cranachan ! Ou le dessert qui te prépare à la sieste…Recette écossaise, le cranachan est normalement préparé à base de crème double (ou de crowdie, un fromage écossais proche du cottage cheese).
Si on vous ne vivez pas à coté d’une frontière, ne cherchez pas. J’ai fait un premier essai composé d’un mélange de crème fraîche épaisse et de mascarpone, histoire de me rapprocher de cette fameuse crème double. J’ai trouvé ça définitivement trop riche (en même temps, c’était pas difficile). D’où l’idée d’alléger un peu cette recette…
Pour la crème, on trouve finalement pas mal de variantes sur la toile et j’ai fini par m’inspirer de la recette de Becky et Liz.

Et pour le thème du Salon du Blog Lidl, j’ai choisi de remplacer le whisky par un twist de rosé. Moi et les british, c’est une histoire qui roule, alors il est normal que de temps à autre vous trouviez ici une recette anglaise. Quant au granola, j’en fais mon affaire au petit déjeuner !

Munitions pour une dizaine de petites verrines :

Pour le granola crunchy :

  • 70g de beurre
  • 2 c. à soupe de miel
  • 100g de flocons d’avoine
  • 50g de noisettes concassées
  • 50g de sucre roux
  • 45g de farine

Pour la crème :

  • 300-350g de framboises fraîches ou surgelées
  • 350 ml crème fraîche liquide
  • 150g de yaourt grec
  • sucre glace
  • un peu de vanille en poudre (ou 1 gousse)
  • 4-5 c. à soupe de rosé doux
  • miel

 cranachan aux framboisesPréchauffez le four à 160°-170°C.
Dans une petite casserole, faites fondre le beurre avec le miel.
Dans un récipient, mélangez les flocons d’avoine, le sucre roux, les noisettes concassées et la farine. Ajoutez le beurre fondu et mélangez pour bien enrober les flocons.
Étalez le mélange sur une plaque recouverte d’une feuille de papier cuisson.
Placez au four et faites cuire env. 15 min., en remuant de temps à autre, jusqu’à ce que le mélange soit bien doré. Laissez refroidir.

cranachan aux framboises

Montez la crème fraîche en chantilly. Incorporez le yaourt grec.
Ajoutez le rosé. Sucrez selon votre convenance. Ajoutez un peu de vanille.

Déposez une petite poignée de framboises au fond des verrines, Ajoutez une couche de crème puis parsemez de granola. Répétez l’opération puis terminez par un filet de miel.

Share

Crousti-crémeux aux raisins et épices

 crousti-crémeux aux raisinsUn concours de perdu…ben c’est un concours de perdu! Et quand maître Felder débarque à l’improviste pour se joindre au jury, la pression monte d’un cran. Comme si celle du critique Gilles Pudlowski n’avait pas suffi, une légère lourdeur à l’estomac (sans lien aucun avec le repas, excellent) a commencé à se faire sentir à l’annonce de sa présence dans le jury!

Organisé dans le cadre de la Fête de la gastronomie à Blienschwiller (67), le concours avait pour thème le dessert au raisin. Oui parce que Blienschwiller, c’est un village qui n’abrite pas moins d’une quarantaine de familles de vignerons. Et le village  – 300 habitants – a vu doubler sa densité de population le temps d’un week-end. Heureusement, la présence de C. Felder fut annoncée une fois l’entrée et le plat engloutis.

Attente fébrile et pointe de déception à l’annonce des résultats. On sait bien que beau ne rime pas nécessairement avec bon, ou même l’inverse…on a beau dire, à la vue de certaines créations et quand on connait la composition du jury, y a comme un pépin! On s’étonne un peu des résultats. Des desserts sans doute réussis gustativement mais pas franchement modernes, voire désuets, pour ne pas dire kitschissimes…Nous n’aurons pas la prétention de dire que les nôtres étaient meilleurs, bref, ma complice Elodie et moi, on en veut pas pour autant à M. Felder, on continuera d’acheter ses livres et ses desserts, mais on partage tout de même nos recettes!

Pour 4 pièces:

  • 2-3 grappes de raisins (muscat..)

Pour la crème pâtissière (recette Cuisine Aptitude) :

  • 40 cl de lait
  • 3 jaunes d’œufs
  • 70g de sucre
  • 40g de farine
  • 2 bâtons de cannelle
  • 1 étoile de badiane (anis)

Pour le crumble :

  • 70g de farine de blé
  • 70g de sucre
  • 70g de noisettes en poudre (ou d’amandes)
  • 70 g de beurre
  • ½ c. à café de cannelle
  • ½ c. à café de cardamome

Pour la gelée :

  • 250g de jus de raisins
  • 4 feuilles de gélatine

crousti-crémeux aux raisinsPour la crème pâtissière : tamisez la farine. Faire bouillir le lait avec env. 1/3 du sucre (env. 25g), les bâtons de cannelle et l’anis. Dans un récipient, battez énergiquement les jaunes d’œufs avec le sucre restant pendant env. 1 min. Ajoutez la farine en plusieurs fois afin d’obtenir une masse lisse et sans grumeaux.

Retirez la cannelle et l’anis, versez une partie du lait bouillant sur le mélange en remuant au fouet. Versez ensuite sur le reste du lait, remettez sur le feu et portez à ébullition pendant 2-3 min. en remuant constamment jusqu’à épaississement. Placez la crème dans un récipient puis filmez la surface avec du film étirable (ou tamponnez avec un peu de beurre) pour éviter la formation d’une peau. Placez au frais.

Placez les feuilles de gélatine dans un bol d’eau froide. Faites bouillir le jus de raisin. Hors du feu ajoutez la gélatine et remuez jusqu’à dissolution. Versez le jus dans un plat carré (de façon à avoir une couche d’env. 5 à 8 mm). Laissez refroidir puis placez au frais pendant quelques heures.

Pour le crumble: mélangez tous les ingrédients et écrasez-les du bout des doigts de façon à obtenir une masse grumeleuse grossière. (Vous pouvez également former une boule de pâte et ensuite la râper avec une râpe à gros trous). Préchauffez le four à 180°C (four électrique). Posez des cercles à pâtisserie sur une plaque recouverte de papier cuisson. Répartissez le crumble dans les cercles sans trop tasser. Placez au four et faites cuire env. 12 à 15 min. jusqu’à ce que le fond crumble soit doré. Laissez refroidir puis décerclez.

Montage et décor: sortez la gelée du réfrigérateur puis découpez de petits cubes. Lissez la crème pour l’assouplir puis placez-la dans une poche à douille. Déposez une couche de crème sur les fonds crumble. Disposez ensuite harmonieusement les baies de raisin puis les petits cubes de gelée sur le crousti-crémeux. Décorez avec des étoiles de badiane.

crousti-crémeux aux raisinscrousti-crémeux aux raisinsFête de la Gastronomie

Parrainée par Thierry Marx, la Fête de la Gastronomie, c’est l’occasion de mettre en valeur le savoir-faire des professionnels et la culture culinaire française. Célébrée durant 3 jours, banquets populaires, démonstrations, cours de cuisine sont organisés un peu partout en France. A Blienschwiller (67), c’était un pique-nique gratuit mais gastronomique pour près de 300 personnes. Et une belle concentration de chefs, parmi lesquels Sylvie Grucker, Le Pressoir de Bacchus à Blienschwiller ; Bruno Cutrupi, La Fontana à Ernolsheim-sur-Bruche; Roger Bouhassoun  Hostellerie de la Chenaudière à Colroy-la-Roche ; Gérard Goetz, Chez Julien à Fouday ; Patrick Fritz, A l’Ami Fritz à Ottrott (liste non exhaustive).

Au menu: Foie gras de canard et son chutney aux mirabelles ; Suprême de pintade fermière sur son lit de choucroute nouvelle, sauce à base de vin chaud et d’épices d’automne ; Vieux Parmesan 24 mois Carniato ; Tarte aux quetsches crumble et sa glace vanille. Le tout arrosé de breuvages du village.

fete de la gastronomiefete de la gastronomiefete de la gastronomieUne brigade efficace au service du fin gourmet, de grands chefs, un repas délicieux en bonne compagnie, un village bourré de charme, une balade digestive dans les vignes baignées de soleil. Même placé sous surveillance, c’est ce qu’on s’appelle un dimanche réussi! Fini la rigolade. Retour à la case prison.

Share

Tiramisu framboises litchis

 

tiramisu framboises licheesC’est une Creaminelle en veille de cavale qui vous écrit ces quelques lignes en crash pour vous présenter rapidement l’e-book Delacre / Galbani -sur le thème du Tiramisu – auquel j’ai collaboré avec 9 autres blogueuses.

Pour ma recette, j’avais envie d’un tiramisu coloré, frais et gourmand, me rappelant l’association bien connue de Pierre Hermé framboises-litchis-rose et son non-moins-fameux Ispahan !

Pour découvrir l’e-book, c’est par là : l’e-book Delacre.

Il me sera sans doute difficile d’établir le contact dans les prochaines semaines, d’ici là, passez de belle fêtes de Pâques !

tiramisu framboises lichees

Pour 5 à 6 verrines de 160 ml

  • 250 g de mascarpone Galbani
  • 2 œufs
  • Une douzaine cigarettes russes Delacre
  • 2 c. à soupe de sucre glace
  • 15 cl de jus de framboises (env. 300g de framboises)
  • Une douzaine de litchis (2 par verrines env.)

Mixez les framboises, passez-les au tamis pour retirer les grains. Mesurez 15 cl. Épluchez les litchis, coupez-les en petits morceaux, récupérez le jus.

Mettez les cigarettes russes dans un sachet congélation et réduisez-les en poudre en les écrasant avec un rouleau à pâtisserie (ou passez-les au mixer). Séparez les blancs des jaunes d’œufs. Montez les blancs en neige avec une pincée de sel.

Battez les jaunes d’œufs avec le sucre glace puis incorporez ce mélange au mascarpone. Ajoutez le jus de framboises et mélangez bien. Incorporez délicatement les blancs en neige en soulevant la masse.

Déposez une couche de biscuits au fond des verrines en tassant. Imbibez avec une c. à café du jus de litchis. Ajoutez une couche de litchis coupés. Ajoutez la crème à la framboise. Ajoutez une nouvelle couche de biscuits, des litchis et terminez par une fine couche de crème. Décorez de framboises fraiches.

DSC_1370Ou avec le jus de framboises restant (env. 5 cl):
Faites ramollir une feuille de gélatine dans un bol d’eau froide. Dans une petite casserole, faites chauffer le jus de framboises. Retirez du feu, ajoutez la gélatine et mélangez jusqu’à dissolution. A l’aide d’une petite pipette, déposez des perles de jus sur une feuille de papier cuisson. Placez au congélateur et laissez prendre. A l’aide d’une raclette, récupérez les billes. Avant de déguster, décorez de billes de framboises.

Share