Glace fraise rhubarbe

Glace fraise rhubarbe

glace fraise rhubarbe

Pas encore la saison des grosses chaleurs certes, mais pour la rhubarbe, il y en a une de saison. Et en ce moment, c’est rhubarbe à tous les étages ! Au départ, j’avais envie d’un dessert multi-couches (ou avec différentes textures), quelque chose de frais à base de rhubarbe et de fraises. Faute de résultats inspirants j’ai tranché pour la glace, j’y songeais depuis un moment, et j’aurais fini par y arriver de toute manière. Voilà donc une recette express (pas de base crème anglaise) de glace pour changer de la tarte ou de la compote. Un truc gourmand façon Ben and Jerry’s ? Servez avec des éclats de shortbread. Et puis ice-cream with shortbread dough, ça sonne quand même vachement mieux.

Munitions pour pour un bac d’env. 1 litre

  • 250g de fraises
  • 250g de rhubarbe
  • 4 c à soupe de miel (le moins parfumé)
  • 30g de sucre
  • 1 blanc d’oeuf
  • 1 gousse de vanille
  • 15 cl de crème fraîche liquide

glace fraise rhubarbe

Épluchez les tiges de rhubarbe, puis coupez-les en tronçons. Lavez les fraises, équeutez-les puis coupez-les en petits morceaux. Fendez la gousse de vanille, retirez les grains.

Placez les fruits dans une casserole avec les grains de vanille, le miel, le sucre et un petit fond d’eau. Faites cuire à feu moyen jusqu’à obtention d’une compote. Passez la préparation au mixeur plongeant pour la rendre fine.

Montez la crème liquide en crème fouettée.

Mélangez les fruits, le blanc d’oeuf à la crème fouettée. Placez dans la sorbetière et turbinez env. 15-20 min. Versez dans un bac, puis placez au congélateur en remuant de temps à autre.

Sortez la glace 15-20 min avant de servir pour qu’elle soit moins dure. Une fois dressée, ajoutez quelques éclats de shortbread.

glace fraise rhubarbe

Baby pavlovas aux fraises, basilic et citron vert

baby pavlovas aux fraisesAu commencement, je ne suis pas une dingue de meringue. Par meringue, j’entends la meringue sèche, cassante, le truc ultra sucré qui décore les vacherins. Pas la mousseuse, non, légèrement dorée, celle qui recouvre les tartes au citron ou à la rhubarbe. La pavlova, j’ai toujours trouvé ça très esthétique, frais, super gourmand, déclinable au fil des saisons. Mais toujours ce frein : la meringue, bof.

Les temps changent. Finalement, la meringue, c’est un peu la même rengaine que la guimauve maison. Une fois qu’on met le nez dedans…On hésite, on se lance, et finalement on se rend compte que ben ouais, en fait, on aime bien. Enfin la meringue, c’est bien surtout quand elle n’est pas toute seule. J’ai même fini par acheter un livre le livre Monts Blancs & Merveilleux, histoire de pousser le vice.

Le thème des fruits et légumes made in France proposé par Lidl pour le Salon du Blog Culinaire tombait à pic. J’avais envie d’une recette très fraîche, des fraises, relevées par une chantilly au basilic et des zestes de citron vert. Réalisée sur place ce week-end avec un ingrédient de choix, la fraise de Carpentras, délicieuse – je ne crois pas exagérer en disant qu’elle a fait un tabac sur le stand – que l’on trouvera désormais sur les étals Lidl.

Munitions : pour env. 15 à 20 pavlovas (selon la taille)

Pour les meringues :

  • 100g de blanc d’œufs (3 à 4 blancs, selon le poids)
  • 100g de sucre semoule
  • 100g de sucre glace

Pour la chantilly au basilic :

  • 40 cl de crème fraîche liquide
  • 200g de mascarpone
  • Env. 4 c. à soupe de sucre glace
  • Env. 10 à 12 feuilles de basilic

Pour le dressage :

  • 1 barquette de fraises (500g)
  • 1 citron vert

Préchauffez le four à 90°C (four électrique) 70°C (four à chaleur tournante). Découpez les fraises en fines lamelles. Réservez.

La meringue : montez les blancs en neige avec un peu de sucre semoule. Lorsqu’ils commencent à être fermes, ajoutez le reste du sucre progressivement jusqu’à obtenir une meringue brillante et qui forme un « bec d’oiseau » aux crochets.

Tamisez le sucre glace puis incorporez-le délicatement à la meringue (vous pouvez également ajoutez des zestes de citron vert directement dans la meringue). Versez la meringue dans une poche à douille (munie de la douille de votre choix).

Sur une plaque recouverte de papier cuisson, dressez de petits tas de meringue. Creusez un petit puits à l’aide d’une cuillère à café. Ou bien formez des nids en dressant d’abord à la poche un petit fond de meringue, formez ensuite le pourtour du nid, puis superposez une seconde couche sur le pourtour. Saupoudrez d’un peu de sucre glace tamisé, placez au four et faites cuire env. 1h à 1h15 (selon la taille des pavlovas).

La chantilly : Mixez les feuilles de basilic avec la crème fraîche froide. Filtrez la crème. Ajoutez le mascarpone, mélangez pour détendre, remettez au frais un moment pour le mélange soit bien froid. Montez la crème fraîche en chantilly ferme. Sucrez selon votre goût. Remplissez une poche à douille de chantilly (NB : vous pouvez très bien réaliser une chantilly simple, sans le mascarpone).

Le dressage : dressez la crème chantilly sur les meringues. Décorez de fraises, et l’aide d’une fine râpe, zestez par-dessus le citron vert.

Le tuyau de Chef Damien : une meringue un peu plus light, en réduisant les quantités de sucre à 60g et en ajoutant un filet de citron pour apporter un peu d’acidité. Et pour un concentré de parfum, congeler ses agrumes avant de les zester pour éviter que l’essence naturelle ne s’évapore.

baby pavlovas aux fraises

Cobbler fraise-rhubarbe

cobbler fraise rhubarbe

A peine a-t-elle trouvé le magazine de Jamie, qu’elle nous dégaine une recette anglo-saxonne avec un nom étrange…genre elle maitrise le sujet.

Détrompez-vous. Cette recette provient d’un autre magazine…mais toujours aussi allemand. Pour me fondre dans un environnement, étudier ma proie, la maîtrise des langues est mon outil.

Alors pour les néophytes, le cobbler, c’est quoi? C’est un dessert classique américain, une pâte à biscuit versée sur un lit de fruits, le tout passé au four. Le dessus se couvre d’une petite croûte dorée. J’ai fait cuire mon cobbler à une température un peu plus basse (160°C, four électrique), ce qui lui a donné un petit coté baveux en surface, pas inintéressant. D’après mes sources, le cobbler est généralement plus croustillant sur le dessus. (Enfin surtout, n’est pas Martha Stewart qui veut 😉

Pour 4 personnes:

  • 500g de fraises
  • 400 g de rhubarbe
  • 100g de sucre (+ 2 c. à soupe)
  • 4 œufs
  • 75g de farine
  • 60g de fécule de maïs
  • 2 c. à café de levure chimique
  • 12,5 cl (1/8 L) de lait
  • 12,5 cl (1/8 L) de beurre fondu

Préchauffez le four électrique à 180°C (160°C four à chaleur tournante).
Nettoyez la rhubarbe, pelez-la, puis coupez-la en dés. Lavez les fraises, équeutez-les puis coupez-les en morceaux. Saupoudrez la rhubarbe de 2 c. à soupe de sucre et mélangez. Beurrez et farinez un moule rond. Répartissez les fraises et les dés de rhubarbe dans le fond du moule. Dans un récipient, battez les œufs avec le sucre. Ajoutez farine, fécule et levure préalablement tamisées. Ajoutez le lait et le beurre fondu et mélangez bien. Versez la pâte sur les fruits. Placez au four et faites cuire env. 50 min.
Recouvrez d’un papier aluminium au bout de 30 min. si le cobbler dore trop rapidement.

A consommer tiède (le passage au frais lui faisant perdre de sa superbe), accompagné d’un peu de crème fouettée ou d’une boule de glace vanille.

cobbler fraise rhubarbe

Tartelettes aux fraises, crème pistache

tartelettes aux fraisesLa rhino n’aura pas ma peau. Aujourd’hui, je reste donc à l’ombre, derrière les fourneaux. Et je pense à mon évasion prochaine. D’ici 3 jours, je prendrai la route vers le maquis sarde. Je vous propose donc une recette de saison mais j’avoue, j’ai craqué pour une barquette de fraises pas franchement locale. Y’a des envies qu’on ne contrôle pas.

Pour 4 tartelettes.

  • 800 g de fraises
  • quelques pistaches émondées (non salées)

Pour la pâte sablée:

  • 250 g de farine
  • 125 g de beurre
  • 70 g de sucre
  • 2 jaunes d’oeufs
  • 5 cl de lait

Pour la crème pâtissière:

  • 50 cl de lait
  • 60 g farine
  • 4 jaunes d’oeufs
  • 70 g de sucre
  • 60 g de pâte à pistache (maison)

Préparation de la pâte: Blanchissez les jaunes d’oeufs avec le sucre et allongez avec le lait. Coupez le beurre en morceaux sur la farine. Recasez le beurre et la farine ensemble en frottant les mains. Répétez jusqu’à obtention un mélange sableux. Une fois le sablage obtenu, creusez un puits et versez au centre les jaunes d’oeufs blanchis. Mélangez rapidement puis pétrissez (à la main ou au batteur). Sur le plan de travail, fraisez la pâte, c’est à dire écrasez-la avec la paume de la main, jusqu’à ce qu’elle soit bien lisse et homogène. Formez une boule et placez-la au frais env. 1h.

Préchauffez le four à 180-200°C. Abaissez la pâte. Beurrez et farinez les moules (ou déposez un cercle de papier cuisson au fond.)Foncez les moules avec la pâte. Faites cuire la pâte à blanc(recouvrez la pâte de papier cuisson et de légumes secs). Lorsque les bords commencent à dorer, retirez les légumes, démoulez et terminez la cuisson à vide jusqu’à ce que les fonds soient dorés (Entre 25 à 35 min. selon le type de four).

Pour la crème pâtissière: Versez le lait dans une casserole avec la pâte de pistache, mélangez et portez à ébullition. Dans une jatte, blanchissez les jaunes d’oeufs avec le sucre, puis ajoutez la farine. Versez le lait chaud dessus puis remettez le tout dans la casserole. Faites cuire à feu moyen jusqu’à ce que la crème épaississe.

Versez la crème dans un plat recouvert de film alimentaire. Repliez le film, laissez tiédir puis réservez au frais.

tartelettes aux fraisesMontage: Coupez les fraises en tranches. Concassez quelques pistaches. Lissez la crème pâtissière puis remplissez une poche à douille. Garnissez les fonds de pâte précuits de crème. Disposez les lamelles de fraises, puis parsemez de pistaches concassées.

NB: Pour la pâte de pistache maison, je me suis servie d’une recette qui semble faire l’unanimité et qui circule sur pas mal de blogs, il s’agit le recette Pierre Hermé. Pour le modus operandi, c’est par là: C’est moi qui l’ai fait!